De si charmantes plaintes
par De si charmantes plaintes
Temps de lecture 1 min

De si charmantes plaintes

Écrit par publié le le 3 août 2017

« Charmant », c’est l’un des mots les plus souvent utilisé par Marcel Proust dans les lettres qu’il envoie à sa voisine. L’autre terme particulièrement fréquent est « bruit ». Proust écrit pour se plaindre : du bruit de l’évier, du bruit des tapis qu’on bat le dimanche matin, du bruit des malles qu’on cloue…

Tous ces griefs  et autres correspondances avec Mme Williams, sa voisine du dessus au 102 boulevard Haussmann, ont été réunies en un volume « Lettres à sa voisine », désormais traduit en anglais. Et les Anglo-saxons, pas moins proustologues que le reste du monde, adorent. Dans le magazine Harper’s, Christine Smallwood se délecte de ces missives toujours « charmantes », mais non moins ponctuées de remarques « passives agressives » et se demande si les désagréments de la vie en appartement n’ont pas pu inspirer l’auteur, « comme un ennemi valeureux qui incite à l’action ». « Letters to bis Neighbor, qui contient des notes écrites entre 1908 et 1918, est trop cher, remarque-t-elle cependant, 23 dollars pour deux douzaines des missives les plus courtes ! »

 

A lire aussi: Proust, sept lettres par jour, Books, mai/juin 2017.

Chaque matin, la rédaction de Books vous propose de découvrir un livre « lu d’ailleurs ». Pour recevoir le Books du jour inscrivez-vous gratuitement.

0
Commentaire

écrire un commentaire

NOUVEAU ! Découvrez le Books du jour !
Chaque matin, un nouveau livre chroniqué dans votre boîte email.