Érotique de l’open space
par Lucy Ives

Érotique de l’open space

Sade serait-il le précurseur du « roman de bureau » ? Dans Les Cent Vingt Journées de Sodome, quatre aristocrates s’enferment dans une forteresse pour assouvir leur fureur lubrique. Avec son règlement intérieur, son organisation du travail, ses rapports hiérarchiques, la vie au château ressemble à s’y méprendre à la vie en entreprise.

Publié dans le magazine Books, septembre / octobre 2017. Par Lucy Ives

© Fototeca / Leemage Les écrits de Sade témoignent d’un intérêt peu commun pour des actes qui ne peuvent être accomplis que par plusieurs personnes travaillant en groupe et se pliant à des règles arbitraires.
Le terme « bureaucratie » est venu au monde au milieu du XVIIIe siècle par le biais de la littérature française. L’éco­nomiste Vincent de Gournay forgea ce néologisme comme un mot plaisant pour désigner l’éventualité – qu’il ­jugeait ridicule – d’un « gouvernement du ­bureau ». Gournay avait calqué son mot sur d’autres termes plus sérieux désignant différentes formes de régime politique, comme l’aristocratie (le gouvernement des meilleurs) et la démocratie (le gouvernement du peuple). La bureaucratie ne tarda pourtant pas à quitter le terrain de la satire pour mener sa propre vie quand la Révolution française se mit en branle. La Terreur, comme on le sait, fut notoirement bureaucratique, les dénonciations, des condamnations et les exécutions s’accompagnant de la constitution de dossiers. Le 2 juillet 1789, dit la légende, les passants entendent une voix hurler de l’intérieur de la Bastille : « Ici on assassine les prisonniers ! » Deux semaines plus tard, des citoyens prennent la forteresse d’assaut, inaugurant la séquence d’événements longue et complexe qui deviendra la Révolution française. L’auteur présumé du cri, un certain Donatien Alphonse François de Sade, avait été transféré dans l’asile de fous de Charenton dix jours avant le siège. Il avait ainsi miraculeusement galvanisé ses sauveurs ou meurtriers potentiels avant de leur fausser compagnie. Sade pouvait en effet s’estimer sacrément chanceux de ne pas avoir été présent à la Bastille au moment de l’assaut : les sans-culottes déferlant dans la cellule luxueusement aménagée du marquis auraient sans doute eu du mal à…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire

NOUVEAU ! Découvrez le Books du jour !
Chaque matin, un nouveau livre chroniqué dans votre boîte email.