Génération unique

Génération unique

Publié dans le magazine Books, mars 2016.
En 2015, la Chine a annoncé la fin d’une politique dont les conséquences démographiques sont sans équivalent dans l’histoire de l’humanité, celle de l’enfant unique. Une mesure adoptée trente-cinq ans plus tôt. Sans ce système, ­selon les estimations, le pays compterait aujourd’hui 400 millions d’habitants de plus. Les structures familiales traditionnelles s’en sont trouvées bouleversées. Les mentalités aussi. La Chine a vu émerger une génération d’individus rendus « responsables non seulement d’eux-mêmes et de leurs aînés, mais aussi de tous les frères et sœurs qui ne sont pas nés afin qu’eux puissent vivre », résume Hilary Spurling dans le Spectator. C’est à cette génération de « petits empereurs » que Xinran, une journaliste chinoise émigrée en Grande-Bretagne, consacre son dernier ouvrage. Il s’ouvre sur un jeune Chinois qui, à 21 ans, ne sait pas ouvrir sa propre valise… Le résultat d’une enfance surprotégée. D’autres n’avaient pas le droit de toucher à un couteau ou d’entrer dans une cuisine. Certains ne pouvaient sortir de chez eux, de crainte d’un enlèvement. « Beaucoup d’entre eux ne savent rien faire d’autre qu’étudier, manger et dormir. Ce sont des enfants qui n’ont jamais appris à jouer et à qui manquent les compétences de ­sociabilité les plus élémentaires, écrit Spurling. Ils n’ont pas de ­modèles, pas de points de comparaison et des capacités ­extrêmement limitées quand ils ont affaire à autrui. »

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire

NOUVEAU ! Découvrez le Books du jour !
Chaque matin, un nouveau livre chroniqué dans votre boîte email.