Haro sur les enseignants
par Charles Fourmaux

Haro sur les enseignants

Des deux côtés de l’Atlantique, l’école est jugée inefficace. Mais, alors qu’en France l’attention des gouvernements successifs se concentre sur les filières et les programmes, aux États-Unis ce sont les enseignants que prennent pour cible les réformateurs. Et cela depuis deux siècles… L’administration Obama ne fait pas exception.

Publié dans le magazine Books, octobre 2015. Par Charles Fourmaux

© Nicole Bengiveno/The New York Times/Rea

La Success Academy, une charter school de Harlem. Ces établissements recevant des fonds publics et privés sont libres de définir les programmes et le calendrier scolaire. Gratuits, ils séduisent les familles modestes déçues par le système public.

Anthony, Bianca et Francisco sont des enfants comme les autres, à ceci près qu’ils vivent du mauvais côté de l’avenue. Issus des quartiers pauvres de New York ou de Los Angeles, ils végètent dans l’école publique du coin. Leurs parents n’ont pas fait d’études, mais continuent d’espérer qu’une bonne instruction permettra à leurs rejetons de mener une existence moins cahoteuse que la leur. Ils avisent alors une autre école, à quelques blocs de là. Les enseignants y semblent accessibles et pédagogues, de nombreux élèves rejoignent ensuite les bancs de l’université, et l’inscription est gratuite. Mais la loi impose d’attribuer les places sur un mode aléatoire. Ici, une main pioche des noms dans un grand chapeau ; là, un ordinateur procède au tri ; ailleurs, des boules de loto dansent dans une cage en fer. Et pour un enfant qui voit son numéro sortir, des dizaines d’autres sont promis à un avenir précaire. Chaque année, les familles du quartier rassemblent donc leur progéniture et leurs espoirs pour participer à la grande loterie scolaire. Le hasard au secours d’un système en déroute ? C’est la thèse mise en avant par le réalisateur américain Davis Guggenheim dans son documentaire Waiting for “Superman”. Comment en est-on arrivé là ? La journaliste Dana Goldstein tente de répondre à cette question dans un livre intitulé « La guerre des profs ». Elle soutient que toutes les réflexions accumulées aux États-Unis depuis plus de deux siècles sur les questions d’éducation peuvent se réduire au problème suivant : s’assurer que les enseignants soient les meilleurs…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire

NOUVEAU ! Découvrez le Books du jour !
Chaque matin, un nouveau livre chroniqué dans votre boîte email.