Socrate, Bouddha, Confucius refusaient la divinité
par Alexis Lavis

Socrate, Bouddha, Confucius refusaient la divinité

Faire de Confucius ou du Bouddha des philosophes a autant de sens que faire de Socrate un moine bouddhiste. Ce qui les réunit, c’est l’idée que l’obtention de la liberté, du savoir ou de la joie est de la seule responsabilité de l’homme.

Publié dans le magazine Books, novembre - décembre 2016. Par Alexis Lavis

Parole de Socrate Les Fables de La Fontaine / dessins originaux de Grandville (1837-1838). Bibliothèques de Nancy
L’hypothèse de l’âge axial possède un grand pouvoir de fascination, surtout pour celui qui se lance dans les études de philosophie comparée. Les présocratiques, le Bouddha, Confucius… Tous sont exactement contemporains. Et, si l’on desserre d’un petit siècle l’étau des dates, la liste des génies fondateurs croît à en donner le vertige. Des cultures, des lieux différents et une absence d’influence des uns sur les autres, comment ne pas voir dans cette coapparition une analogie saisissante avec le phénomène d’émergence spontanée des néodarwiniens ? Une phase clé de l’évolution qui ne serait plus seulement biologique mais culturelle et spirituelle, associant le cours de la nature et l’histoire humaine en un même mode de déploiement universel ? Seulement voilà, l’âge axial est une hypothèse de philosophe sur l’histoire. Or rien dans les données proprement historiques, en particulier du côté de l’archéologie, ne donne de privilège au VIe siècle. En revanche, les conceptions nées durant ce siècle eurent des conséquences civilisationnelles indéniables. L’influence du bouddhisme en Inde est évidente à bien des niveaux, quand bien même y fut maintenu le régime des castes tant décrié par le Bouddha. Il exista en outre d’authentiques civilisations bouddhiques au Tibet et en Asie du Sud-Est. Nous savons que la première dynastie impériale chinoise se plaça délibérément sous le patronage de Confucius et cristallisa ainsi ses enseignements, dans l’Administration et au cœur des relations familiales. Quant à Socrate, il est l’initiateur d’un mode de pensée qui, de la philosophie aux sciences, représente la colonne vertébrale de l’Occident. Toutefois, le VIe siècle…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire

NOUVEAU ! Découvrez le Books du jour !
Chaque matin, un nouveau livre chroniqué dans votre boîte email.