Les juteux séismes de la mafia

Les juteux séismes de la mafia

Publié dans le magazine Books, janvier / février 2017.

« Parrains et patrons » est le huitième livre cosigné par Nicola Gratteri, procureur de la République de Catanzaro, en Calabre, et Antonio Nicaso, historien des organisations criminelles. Les ­auteurs y expliquent par le menu la façon dont la mafia calabraise, la ‘ndrangheta, « est devenue la classe dirigeante », comme l’affirme le sous-titre de l’ouvrage. « Aujourd’hui, la ‘ndrangheta est une supermarque. Elle tue moins, mais influe davantage sur la vie politique et sociale », lit-on sur le site Articolo 21. D’après une étude citée par cet article, l’organisation génère un chiffre d’affaires de 53 milliards d’euros (« plus que McDonald’s et la Deutsche Bank réunis ») et elle est présente dans trente pays. Ses principales activités : trafic de drogue et blanchiment.

Elle est aussi d’une redoutable efficacité dans la « gestion » des catastrophes naturelles. En 1908, déjà, ses membres tiraient profit du tremblement de terre qui avait fait 100 000 morts dans les régions de Messine, en Sicile et de Reggio de Calabre. « 190 millions de lires avaient été débloquées pour la reconstruction, mais la présence des parrains mafieux – dont certains étaient rentrés d’Amérique pour l’occasion – a causé de très graves dégâts. En accaparant des ressources précieuses, ils ont transformé les deux villes en énormes camps de baraquements et jeté les bases de la corruption rampante qui gangrène ces régions aujourd’hui », précise l’agence de presse Ansa. Le scénario s’est répété presque à chaque tremblement de terre majeur. Selon des écoutes ­citées par le livre, la terre n’avait pas fini de trembler à L’Aquila, en 2009, qu’« il se trouvait déjà des mafieux pour songer à leurs gains ».

 

Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire

NOUVEAU ! Découvrez le Books du jour !
Chaque matin, un nouveau livre chroniqué dans votre boîte email.