La géographie, moteur de l’histoire
par Malise Ruthven

La géographie, moteur de l’histoire

Les vallées, les côtes, les montagnes et les steppes font bien davantage l’histoire que les idéologies. Au Moyen Âge déjà, Ibn Khaldoun l’avait compris : la géographie forge non seulement le caractère mais aussi l’avenir des peuples. Les cartes ont beau être d’invention récente et perdre chaque jour de leur pertinence, c’est encore l’esprit des lieux qui explique le destin du monde arabe, de la Chine, de l’Europe ou des Amériques.

21034-0e2b4e Publié dans le magazine Books, janvier 2014. Par Malise Ruthven
Lorsque, dans les années 1860, la carte fit son entrée dans les écoles ottomanes, les musulmans conservateurs – gens que nous qualifierions volontiers aujourd’hui de salafistes – s’en émurent tant qu’ils arrachèrent des murs les objets du délit pour les jeter aux latrines. Même si les géographes du monde islamique, comme Al-Idrissi au XIIe siècle, avaient établi des cartes fort précieuses, elles étaient rarement utilisées. Durant l’essentiel de l’histoire ottomane, la représentation du territoire en deux dimensions était restée l’apanage des stratèges de l’armée. Les sujets du Sultan et ceux qui s’intéressaient à ses fiefs avaient pour l’essentiel à leur disposition des images verbales, qu’exprimaient des formules imprécises comme Memaliki Mahrusi Shahane – « les possessions impériales sous la protection de Dieu ». L’imaginaire – les différentes façons de concevoir le monde – était centré sur l’homme plutôt que sur le territoire. Le pouvoir politique n’était pas pensé comme une autorité s’exerçant horizontalement à travers l’espace sur un terrain homogène en deux dimensions, mais verticalement à travers un système hiérarchisé de filtres humains émanant du Sultan par l’intermédiaire de ses grands vassaux. Dans les zones arides d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, où les pasteurs nomades vivaient en parcourant des déserts et des steppes sans frontières, le pouvoir avait tendance à rayonner à partir des centres urbains, et à s’affaiblir avec la distance, comme le souligne Albert Hourani dans son Histoire des peuples arabes (1). Dans la plus grande partie du monde, avant que les Européens ne concluent des traités…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire

NOUVEAU ! Découvrez le Books du jour !
Chaque matin, un nouveau livre chroniqué dans votre boîte email.