Le prince de la paresse
par Anna Della Subin

Le prince de la paresse

L’indolence était la seule chose que lui ait apprise son père. Élégance faite homme, Albert Cossery était un lézard militant. Il dormait toute la matinée, passait ses après-midi au Flore à ne rien faire et écrivait un livre tous les dix ans. Où il faisait l’éloge des existences vouées à la rêverie et à la somnolence. Dormir n’est-il pas le seul moyen de supporter ce monde absurde et indigne ?

Publié dans le magazine Books, mars 2016. Par Anna Della Subin

©Ferdinando Scianna/Magnum Photos

Dans un café du Caire. Durant son enfance égyptienne, Albert Cossery apprend l'oisiveté en famille : « Mon père ne travaillait pas. Mes frères ne travaillaient pas non plus. Personne ne travaillait. »

Dans une villa décrépite du delta du Nil, une famille passe ses journées à dormir, ne se levant qu’à l’heure des repas. Le cadavérique Galal, l’aîné de trois frères, grand-prêtre de la somnolence, entre en titubant dans la salle à manger, vêtu d’une chemise de nuit crasseuse. Certains disent que c’est un artiste. « Pourquoi êtes-vous réveillés ? » s’écrie-t-il, horrifié. Son oncle et ses frères sont attablés autour d’une marmite de lentilles. Le plus jeune, Serag, les yeux mi-clos, rêve en secret de se libérer de l’inertie familiale et d’accomplir l’impensable – trouver du travail – peut-être à l’usine qu’on construit près de là. Mais au cours de ses promenades d’exploration (il ne peut s’empêcher de s’endormir en chemin), il découvre la carcasse rouillée laissée inachevée. Leur père, le vieil Hafez, ne descend plus de sa chambre, mais caresse le projet controversé de prendre dans son grand âge une nouvelle épouse. Rafik, le cadet, doit veiller pendant la sieste afin de tuer la marieuse qui complote pour introduire dans leur tanière cette ennemie du sommeil. Obligé de ne pas s’endormir, Rafik lutte contre le courant dans un fleuve dangereux. « De temps en temps, dans un effort suprême, il parvenait à se dégager ; il relevait la tête et respirait profondément. Puis, de nouveau, il se trouvait plongé dans les abîmes d’une douceur annihilante. Les flots d’un sommeil immense et corrupteur le ­recouvraient entièrement. » Albert Cossery est né le 3 novembre 1913, dans le quartier de Fagalla, au Caire, dans un riche foyer grec…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
1
Commentaire

écrire un commentaire

  1. Louis Savard dit :

    ……zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz…….

NOUVEAU ! Découvrez le Books du jour !
Chaque matin, un nouveau livre chroniqué dans votre boîte email.