L’enseignant est un psy comme les autres

L’enseignant est un psy comme les autres

Publié dans le magazine Books, février 2015.
Après des livres consacrés à la mélancolie chez Van Gogh, au désir chez Lacan et au pardon dans le couple ; après avoir tenté, même, une « psychopathologie de la vie politique italienne » (lire "L'Italie sur le divan", Books n° 49), Massimo Recalcati, le psychanalyste le plus en vue de la Péninsule, s’intéresse à l’école. Cette école contemporaine qui a cessé d’être le lieu principal de la formation des individus. « La culture est désormais filtrée et organisée ailleurs (à la télévision, sur Internet), écrit-il, et les élèves sont ainsi à la merci des illusions dont se nourrit le système capitaliste. » Passifs, les jeunes esprits se trouvent de son point de vue réduits au statut de simples « récipients » qui ingurgitent « des informations à outrance », jusqu’à atteindre « un état dans lequel plus rien n’a de sens », lit-on sur le site Affaritaliani. À cette déliquescence, Recalcati oppose « un mot étranger à la didactique : “érotisme” », rapporte Simonetta Fiori dans La Repubblica. L’objectif du psychanalyste, par cette métaphore, est d’inviter « à transformer celui qui écoute en sujet actif, à le faire passer d’“éromène” à “éraste”, du statut inerte de l’être aimé à celui participant de l’amant ». En ce sens, poursuit Fiori, « il n’y a guère de différence entre le professeur et le psychanalyste, lequel “ne demande rien d’autre à son patient que de devenir lui-même un analyste” ». S’il rejette tout rapport de sujétion (le vieux modèle « œdipien »…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire

NOUVEAU ! Découvrez le Books du jour !
Chaque matin, un nouveau livre chroniqué dans votre boîte email.