Et l’homme inventa la pensée
par Glen Warren Bowersock

Et l’homme inventa la pensée

Longtemps, l’Occident a considéré la naissance du Christ comme le grand tournant de l’histoire humaine. Mais en 1949, le philosophe Karl Jaspers reculait de plusieurs siècles la date du véritable basculement. Car c’est vers le milieu du Ier millénaire av. J.-C. que Socrate, Bouddha, Confucius et les prophètes juifs révolutionnent la pensée.

 

Publié dans le magazine Books, novembre - décembre 2016. Par Glen Warren Bowersock

©Herve Gloaguen/Gamma-Rapho/Getty

C’est en 1949 que Karl Jaspers forge le concept d’âge axial. « Pour la première fois, écrit-il, il y eut des philosophes. »

Réfléchissant à l’histoire de l’humanité au cours des derniers millénaires, quelques penseurs européens des XVIIIe et XIXe siècles ont noté une surprenante coïncidence. Bon nombre des personnages les plus influents de l’histoire du monde ont vécu au milieu du Ier millénaire av. J.-C., plus précisément entre – 800 et – 200 à peu près : Confucius en Chine ; Bouddha en Inde ; les prophètes d’Israël (Amos, Isaïe, Jérémie) en Judée ; Socrate, Platon et Aristote en Grèce ; et Zarathoustra (Zoroastre) en Iran. Même si de nouvelles recherches ont récemment conduit à situer Zarathoustra à une époque antérieure, cette concomitance n’en reste pas moins impressionnante. L’orientaliste français Anquetil-Duperron est probablement le premier à avoir attiré l’attention sur le phénomène, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle (1). Et le philosophe allemand Ernst von Lasaulx a ensuite brodé sur cette idée en 1856 dans un petit livre dense et peu connu, au titre bizarre : « Nouvelle tentative d’élaboration d’une ancienne philosophie de l’histoire fondée sur la vérité des faits. » Tout en insistant sur le caractère empirique de son analyse, Lasaulx privilégiait la religion et soutenait que l’histoire du monde obéissait à un processus organique de croissance et de décomposition. Tous, dans l’Europe d’alors, voyaient la vie de Jésus-Christ comme le grand tournant de l’humanité. Un événement clairement postérieur. Hegel a même affirmé que l’idée de la trinité de Dieu était le pivot sur lequel tournait toute l’histoire du monde, à la fois son point de départ et sa finalité. Cette centralité du Christ, du moins en Occident, a poussé l’helléniste prussien…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire

Inscrivez-vous à la Booksletter !
La newsletter gratuite où les livres interpellent l'actualité.