Le livre des secrets du maître de la Maison blanche
Temps de lecture 1 min

Le livre des secrets du maître de la Maison blanche

Écrit par La rédaction de Books publié le 16 mai 2017

JF Kennedy, 1961.

Selon le Washington Post, Donald Trump aurait livré à des diplomates russes des informations confidentielles qu’il n’était pas censé révéler. Le président américain semble avoir une relation très particulière avec les secrets. Il y est pourtant confronté chaque jour et notamment sous la forme du « President Daily Brief », un document ultra secret conçu chaque jour par les services de renseignement afin de l’informer de l’état du monde. Ce mémo est devenu un incontournable du Bureau oval depuis Kennedy. David Priess, ancien analyste de la CIA était chargé de le rédiger pour George W. Bush. Dans son livre The President’s Books of Secrets, il souligne à quel point le rapport des présidents à ces documents est révélateur.

C’est effectivement JFK qui commande la création de ce mémo. Il veut qu’il soit un complément à ses journaux du matin. Son équipe lui prépare dès lors chaque jour un document synthétique de deux pages. Mais après le fiasco de la Baie des cochons, il réalise que ces analyses sont trop légères, sans toutefois trouver plus de temps ou d’attention à leur consacrer. Ses aides mettent au point un format qui lui convient mieux : un petit carnet à glisser dans sa poche, à lire entre ses réunions, avec à l’intérieur des listes, six développements plus fouillés et des cartes. Personne d’autre n’est au courant de ce carnet à l’époque. Son successeur Lyndon Jonhson le découvre en prenant ses fonctions. Lui lit lentement et préfère le faire au calme. Son « President’s Book » est donc un vrai livre qu’il parcourt chaque soir au lit. Il en est tellement friand qu’il demande à le recevoir sept jours par semaine. Pour Reagan, qui a une mémoire visuelle, ce mémo sera réalisé sous forme de petites vidéos.

Chaque président choisit la forme qui lui convient mais aussi les personnes avec lesquelles il partage « son » livre. Nixon ne lit qu’un document dûment révisé par Kissinger. Gerald Ford, George Bush et George W. Bush souhaitent des réunions en face à face en plus des documents écrits. Obama, lui, adopte une version numérique qu’il partage avec trente membres de son équipe. Il demande également qu’on ajoute aux renseignements internationaux (l’essentiel du document) des informations économiques. A son arrivée à la Maison Blanche, Trump a délégué cette lecture quotidienne au vice-président Mike Pence.

0
Commentaire

écrire un commentaire

NOUVEAU ! Découvrez le Books du jour !
Chaque matin, un nouveau livre chroniqué dans votre boîte email.