L’origine des Européens
par Olivier Postel-Vinay

L’origine des Européens

20417-b1711c Publié dans le magazine Books, janvier 2015. Par Olivier Postel-Vinay

Nous le savons désormais : les Européens, comme d’ailleurs les Asiatiques (mais pas les Africains), ont hérité de gènes néandertaliens. Et même en belle quantité, puisque chaque Européen en porte 1 à 3 % en lui, avec des différences significatives selon les individus, et qu’au total 20 à 30 % environ des gènes néandertaliens continuent de s’exprimer chez les Européens. Cette découverte a pris les paléoanthropologues par surprise. Elle conduit à repenser, en amont, la notion d’espèce humaine et, en aval, celle de race – d’autant que certains des gènes identifiés ont un impact sur la peau et le poil. D’autres avancées récentes dues aux progrès spectaculaires de l’analyse de l’ADN ancien permettent de jeter les bases d’un nouvel arbre généalogique des Européens. En voici les grandes lignes. Des Sapiens chasseurs-cueilleurs arrivent d’Afrique vers – 45000. Certains se croisent avec des néandertaliens. Vers – 9000 arrive une nouvelle vague de Sapiens, de solides cultivateurs venus du Moyen-Orient. Les uns et les autres cohabitent tant bien que mal et bien sûr se croisent. Vers – 4000 ou – 5000 arrive une troisième vague, cette fois d’Asie centrale. Les gènes de ces nomades forment aujourd’hui en moyenne 20 % du génome de la plupart des Européens, avec une variation importante selon la latitude : près de 30 % en Europe du Nord, presque pas chez les plus méridionaux, lesquels sont ceux qui ont le plus massivement hérité du génome de la seconde vague, celle des cultivateurs. Chose étonnante, ces gènes venus d’Asie centrale sont aussi présents chez les Indiens d’Amérique : bien longtemps avant leur arrivée en Europe, ces populations avaient franchi le détroit de Béring.

De toute évidence, il faut s’attendre à de nouvelles surprises. Du genre de celle annoncée dans Nature l’été dernier : les Tibétains ont un gène d’adaptation à l’altitude hérité d’une espèce d’Homo qui n’appartient pas à la lignée Sapiens, mais pas non plus à la lignée néandertalienne. Plus que jamais, tous parents, tous différents !

 

 

Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire

NOUVEAU ! Découvrez le Books du jour !
Chaque matin, un nouveau livre chroniqué dans votre boîte email.