Quand Hemingway défendait la vie privée
par Quand Hemingway défendait la vie privée
Temps de lecture min

Quand Hemingway défendait la vie privée

Écrit par publié le le 18 octobre 2017

Les éditions de l’Université de Cambridge poursuivent leur minutieux travail de publication des lettres de l’auteur du Vieil homme et la mer avec un quatrième volume (sur dix-sept de prévus) rassemblant sa correspondance entre 1929 et 1931. Ernest Hemingway subit à cette période les premiers effets de la célébrité : il vient de publier son Adieu aux armes, qui devient un best-seller international, et entame l’écriture de sa première œuvre non biographique majeure, Mort dans l’après-midi. Et c’est « sacrément dur » se plaint-il.

Mais il enrage surtout contre les indiscrétions de la presse et, parfois, de son propre éditeur concernant sa vie privée qui serait devenu, selon lui, un « égout en plein air ». « Vous ne m’en voudriez pas d’être devenu un peu sensible à cette question », écrit-il à son avocat, comme pour s’excuser. Il s’adresse également à sa mère, Grace, pour la mettre en garde de ne pas donner des interviews aux journalistes et fait une véritable scène à son éditeur qui avait cru bon de rappeler son expérience comme ambulancier lors de la Première Guerre mondiale. « Je veux que mes textes soient lus uniquement comme de la fiction », râle-t-il. Ce qui ne l’empêche pas de prendre la plume pour répondre personnellement aux nombreuses lettres d’admirateurs qu’il commence à recevoir, rappelle The Guardian.

 

A lire dans Books : Chère correspondance, janvier 2014.

Chaque matin, la rédaction de Books vous propose de découvrir un livre « lu d’ailleurs ». Pour recevoir le Books du jour inscrivez-vous gratuitement.

 

0
Commentaire

écrire un commentaire

NOUVEAU ! Découvrez le Books du jour !
Chaque matin, un nouveau livre chroniqué dans votre boîte email.