Ce qu’il reste de Marx

Ce qu’il reste de Marx

Publié dans le magazine Books, janvier / février 2017.

© Roger-Viollet

Portrait de Marx dessiné lorsqu'il était étudiant

Onze personnes assistèrent aux funérailles de Marx. Son ami Engels était le seul à penser que son œuvre aurait une postérité. Et, pour l’historien Jonathan Sperber, ce serait une grave erreur de considérer sa pensée comme actuelle. Elle appartient trop étroitement à son temps pour pouvoir être exportée dans le nôtre. Un autre livre, de l’historien des idées britannique Gareth Stedman Jones, plaide également en ce sens : « Il faut replacer Marx dans son cadre, le XIXe siècle ». Illusion de spécialistes, soutient au contraire Louis Menand, journaliste et professeur à Harvard. « On peut ramener Marx au XIXe siècle, mais on ne peut pas l’y laisser. » Difficile de le nier, si l’on se souvient qu’à la mi-temps du XXe siècle « plus du tiers de la population mondiale relevait de régimes qui se disaient, et se croyaient vraiment, marxistes ». Aujourd’hui encore, le pays le plus peuplé du monde se dit communiste. Et si, dans les démocraties, les partis communistes n’ont plus la cote, la montée des inégalités et les inquiétudes nées de la mondialisation et du pouvoir croissant de la machine redonnent vie, sinon vraiment aux idées de Marx, du moins à ses aspirations, à sa vision du monde. Des philosophes quelque peu délirants s’en réclament. De nouvelles utopies, dites « postcapitalistes » s’en inspirent. Le cadavre de Marx bouge encore.

 

Dans ce dossier :

Pour aller plus loin

En français

Eric Hobsbawm, Marx et l’Histoire, Fayard, coll. « Pluriel », 2011. Recueil de dix conférences d’un historien marxiste britannique.

Frédéric Lordon, Capitalisme, désir et servitude, La Fabrique, 2010. Par un directeur de recherche au CNRS : « Marx a presque tout dit des structures sociales de la forme capitaliste du patronat et de l’enrôlement salarial. »

Jacques Rancière, La Méthode de l’éga­lité, Bayard, 2012. Entretien avec un ancien élève d’Althusser, autant épris d’art que de politique.

 

En anglais

Terry Eagleton, Why Marx Was Right, Yale University Press, 2011. Par un célèbre critique littéraire anglais de gauche, ancien professeur à Oxford.

Eric Olin Wright, Envisoning Real Utopias, Verso, 2010. Par un sociologue marxiste américain, professeur à la Wisconsin-­Madison University.

Imprimer cet article
1
Commentaire

écrire un commentaire

  1. Patrick Chabry dit :

    Très intéressé par vos publications.Merci d’éveiller nos cellules grises 😀

NOUVEAU ! Découvrez le Books du jour !
Chaque matin, un nouveau livre chroniqué dans votre boîte email.