Les Suédois, rois de la cyberguerre
par Hugh Eakin

Les Suédois, rois de la cyberguerre

Sous ses airs de sainte-nitouche, la Suède est à la pointe de la surveillance électronique. En ligne de mire : les câbles sous-marins par lesquels transitent le gros des communications russes.

 

21323-84ccaa Publié dans le magazine Books, juillet / août 2017. Par Hugh Eakin

Barack Obama avec le ministre des Affaires étrangères suédois Carl Bildt, Stockholm, 2013. (Official White House Photo de Pete Souza)
Le 24 avril 2013, à peine quelques ­semaines avant ­qu’Edward Snowden ne ­divulgue des documents sur le programme de surveillance de la ­National Security Agency (NSA), le général Keith B. Alexander, alors ­patron de l’agence, accueille un groupe de ­responsables du renseignement ­suédois pour une rencontre secrète de trois jours au QG de la NSA à Fort Meade, dans le Maryland. La délégation est conduite par Ingvar Åkesson, qui ­dirige depuis 2003 l’Institut national de ­défense ­radio (Försvarets Radioanstalt, FRA), un ­service de renseignement très discret. Il s’agit notamment de discuter de ­l’importance croissante de la Suède pour la NSA. Une loi de 2008 a étendu les pouvoirs du FRA , l’autorisant à intercepter toutes les communications en provenance et à destination de la Suède transitant par les câbles sous-marins en fibre optique – notamment les courriels, les SMS et les appels téléphoniques. Cela présente un grand intérêt pour la NSA, d’autant qu’une bonne partie des communications russes transitent par la Suède. Les Suédois ont commencé en 2011 à partager avec la NSA les données ainsi recueillies. Celles-ci contenaient « un ensemble extraordinaire [de données de communications] concernant des cibles russes prioritaires tels que des dirigeants, des hommes politiques et des responsables du secteur de l’énergie », peut-on lire dans un document de la NSA datant de l’époque de la rencontre. Appréciant les exceptionnelles ­capacités techniques et la réputation de confidentialité de l’agence d’espionnage suédoise, les responsables de la NSA y ont vu aussi un partenaire idéal pour son programme de piratage…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire

NOUVEAU ! Découvrez le Books du jour !
Chaque matin, un nouveau livre chroniqué dans votre boîte email.