Umberto Eco face à la confusion du monde

Umberto Eco face à la confusion du monde

Publié dans le magazine Books, juin 2016.
Depuis la disparition d’Umberto Eco, en février dernier, les ouvrages emblématiques du professore ont repris place parmi les meilleures ventes italiennes : Le Nom de la rose bien sûr, Numéro zéro, le dernier roman paru de son vivant, mais aussi un ouvrage posthume, compilation de ses chroniques publiées dans L’Espresso, sélectionnées et éditées par l’auteur lui-même avant sa mort. Le titre du recueil, Pape Satàn Aleppe, est tiré de La Divine Comédie de Dante – des tout premiers vers du chant VII de L’Enfer. Dans ce « testament pour le futur », lit-on dans Il Fatto quotidiano, Eco se demande si l’on « peut survivre à la liquidité » – un concept élaboré par le sociologue Zygmunt Bauman pour caractériser notre époque postmoderne, utraconcurrencielle et tout entière centrée sur l’individu. Pour Eco, passé « l’interrègne liquide de l’indignation dans laquelle nous vivons aujourd’hui, il faudra mettre en place de nouveaux instruments » pour transformer cette indignation en un véritable mouvement collectif. « Les politiques, comme une grande partie de l’intelligentsia occidentale, n’ont pas encore compris l’ampleur du phénomène ».

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire

NOUVEAU ! Découvrez le Books du jour !
Chaque matin, un nouveau livre chroniqué dans votre boîte email.