Le vrai crime de Socrate
par Myles Burnyeat

Le vrai crime de Socrate

Pourquoi l’assemblée d’Athènes a-t-elle condamné Socrate à mort ? Pour son impiété, comme elle l’a prétendu ? Ou pour avoir trahi la cité en restant chez lui durant la tyrannie des Trente, au lieu de protester et de quitter la ville ? C’est la conviction du journaliste américain I. F. Stone. Mais le « philosophe de la rue » a peut-être surtout eu le tort de réinventer totalement la volonté divine.

Publié dans le magazine Books, novembre - décembre 2016. Par Myles Burnyeat

©Electa/Leemage

Dans L’École d’Athènes, de Raphaël, Socrate (en tunique verte) se livre à son activité favorite : confronter les soi-disant experts à leur ignorance.

Le livre d’I. F. Stone pourrait nous apparaître comme l’attaque la plus immodérée jamais dirigée contre Socrate depuis son procès et sa condamnation en 399 av. J.-C. Ce serait une grave erreur. L’ire de Stone n’a rien d’immodéré. Elle vient de sa dévotion pour l’Athènes antique, berceau de la liberté, de la démocratie, de l’amour de la justice et de la vérité. Ces valeurs sont celles pour lesquelles Stone lui-même s’est battu, en notre nom à tous. Le livre s’ouvre sur un cri de douleur : « Comment le procès de Socrate a-t-il pu avoir lieu dans une société aussi libre que la société athénienne ? Comment Athènes a-t-elle pu se trahir à ce point ? » La douleur subsiste à la fin : « Je ne pouvais pas défendre le verdict quand j’ai commencé et je ne le peux toujours pas. Mais j’ai voulu découvrir ce que Platon ne nous dit pas, donner la version athénienne de l’histoire, nuancer le crime commis par la cité et ainsi effacer une partie des stigmates laissés par le procès de Socrate sur la démocratie et sur Athènes. ». Le reste du livre est une bataille entre deux idéalistes absolus. Le début de l’histoire remonte à 1971, lorsque des problèmes de santé contraignirent Stone à mettre un terme à son célèbre bulletin hebdomadaire personnel : I. F. Stone’s Weekly. Après s’être impliqué sa vie entière dans des campagnes pour les libertés publiques, il abandonna le journalisme à plein temps et décida d’écrire un ouvrage sur la liberté de penser dans l’histoire de…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire

Inscrivez-vous à la Booksletter !
La newsletter gratuite où les livres interpellent l'actualité.