Des jardins extraordinaires
par Amandine Meunier
Temps de lecture 1 min

Des jardins extraordinaires

Écrit par Amandine Meunier publié le le 17 décembre 2018

À Kaboul, M. et Mme Roami soignent les arbres et les fleurs de leur jardin comme si c’étaient leur progéniture. Ils leur ont d’ailleurs donné les prénoms de leurs enfants, dont ils sont sans nouvelles depuis qu’ils les ont envoyés se mettre en sécurité en Europe. Alexander, un habitant de Donetsk, dans l’est de Ukraine, apprend à sa petite-fille à faire pousser des tomates, parce que « comprendre les légumes et la façon de les cultiver, c’est comprendre ce que c’est qu’être “un bon Ukrainien” ». Un vieux boulanger de Gaza couve sa collection de 500 cactus (qui ont l’avantage d’être peu gourmands en eau dans l’un des endroits les plus densément peuplés du monde) et se lève en pleine nuit pour guetter d’éventuelles floraisons.

C’est à ces jardiniers et à d’autres de Cisjordanie et d’Israël que la photojournaliste et réalisatrice Lalage Snow consacre son ouvrage War Gardens.

Un jour, au cours d’un reportage en Afghanistan, quelqu’un lui explique que, dans ce pays, « jardiner, c’est respirer ». Intriguée, Snow commence à visiter des jardins et à rencontrer les personnes qui les cultivent dans les régions en guerre qu’elle parcourt. « Comme les capucines et les géraniums n’ont rien de politique, Snow peut interroger toute une série de personnes très différentes qui parlent en toute franchise de leur expérience de la guerre tout en lui faisant visiter leur jardin, avec parfois des bruits d’obus en arrière plan », écrit Lucy Jones dans The Spectator. Jardiner en pleine guerre, selon Snow, c’est « refuser d’accepter un monde défini par la violence et la destruction en créant la vie » ; mais cela témoigne aussi « d’une nostalgie collective, d’une manière de retrouver le monde innocent que nous avons tous connus d’une façon ou d’une autre avant de sombrer. »

 

À lire aussi dans Books : Un jardin en Malaisie, janvier 2013.

0
Commentaire

écrire un commentaire