Quand Schnitzler s’autocensurait

Quand Schnitzler s’autocensurait

Une première édition critique, avec le fac-similé du manuscrit, permet de redécouvrir son scandaleux Sous-Lieutenant Gustel.

Publié dans le magazine Books, avril 2012.
Le Sous-Lieutenant Gustel, du Viennois Arthur Schnitzler, fit scandale lors de sa parution en 1900. C’était le premier roman de langue allemande à consister en un simple monologue intérieur (le Français Édouard Dujardin avait ouvert la voie douze ans plus tôt avec son médiocre Les lauriers sont coupés). Le lecteur plongeait dans la conscience du héros éponyme, qui, bousculé à la sortie d’un concert par un boulanger, se désespère d’avoir ainsi perdu son honneur (on ne peut provoquer un boulanger en duel). Il passe la nuit à méditer son suicide, mais sera finalement sauvé par un dénouement inattendu : on lui apprend au matin que le boulanger est mort subitement dans…
Pour lire la suite de cet article, JE M'ABONNE, et j'accède à l'intégralité des archives de Books.
Déjà abonné(e) ? Je me connecte.
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire