Juste la fin du monde

Juste la fin du monde

Peut-on encore aimer dans un monde condamné ? Une jeune prodige autrichienne tente de mêler l’utopie à la dystopie.

 

Publié dans le magazine Books, mars / avril 2017.

© Jasmin Schuller

« En lisant le roman de Valerie Fritsch, on se demande si l’auteure ne serait pas née en 1889 plutôt qu’en 1989. »

Anton Winter vit une enfance champêtre et heureuse au sein d’une communauté isolée, dans le « jardin » qui donne son titre au roman. Il aime les herbes hautes, les fruits. Il est fasciné par les bocaux que sa grand-mère ­entrepose dans le garde-manger : ils contiennent des confitures, mais aussi les fœtus d’enfants mort-nés. Première discordance dans ce cadre idyllique qui peu à peu soulève bien des questions. Et d’abord celle-ci : quel est donc le statut de cette petite colonie ? Certaines réponses arrivent dès le deuxième chapitre, quand l’utopie s’est muée en dystopie. Anton a 42 ans désormais. Il vit au 21e étage d’un immeuble de verre qui surplombe une ville à l’abandon. Des hordes de chiens et des animaux de zoo laissés en liberté errent dans les rues. Les habitants se suicident. Ils sont convaincus que la fin du monde est proche – pour des raisons qui restent obscures. Dans…
Pour lire la suite de cet article, JE M'ABONNE, et j'accède à l'intégralité des archives de Books.
Déjà abonné(e) ? Je me connecte.
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire