L’Australie des oubliés
par Amandine Meunier
Temps de lecture 1 min

L’Australie des oubliés

Écrit par Amandine Meunier publié le le 14 décembre 2018

Sur les 226 membres du Parlement australien, 91 sont des professionnels de la politique (conseiller politique, élu local, cadre syndical, cadre d’un parti…), 50 sont cadres ou chefs d’entreprise, 24 avocats, et 6 journalistes. Un tel portrait, assure la journaliste Gabrielle Chan dans Rusted off, tend à alimenter la colère des électeurs ruraux qui considèrent que les politiques appartiennent, non pas métaphoriquement mais physiquement, à un autre pays. Il y a l’Australie et la « Parlementalie ».

À quelques mois des élections fédérales, Chan donne la parole à cette Australie des « oubliés », celle des petites villes rurales. Elle-même originaire de la banlieue de Sydney, elle a découvert cette autre facette de son pays après avoir épousé un exploitant agricole et l’avoir suivi dans le village de Harden-Murrumburrah, en Nouvelle-Galles du Sud.

Son propos, tout en nuances, évite les poncifs habituels. Les ruraux ne sont ni des ploucs ni le sel de la terre. « Elle pointe leurs nombreuses autres identités, note Brendan Gleeson dans The Sydney Morning Herald : aborigènes, travailleurs, migrants, et même SDF… ». Elle souligne surtout l’attachement de chacun à « son coin ». Leur vœu le plus cher est de rester là où il sont nés.

« Si le livre fait attention à souligner la diversité des opinions dans les petites villes, précise Shaun Crowe dans l’Australian Book Review, ces conversations révèlent un pessimisme profond et largement partagé, où les peurs se cumulent, du déclin des grandes industries pourvoyeuses d’emplois à l’échec de l’enseignement professionnel, au départ des jeunes vers les grandes métropoles régionales. Dessous couve une colère contre les politiques, mais aussi contre l’indifférence de l’économie moderne. Comment les gouvernements peuvent-ils regarder ces régions, fortes de leur histoire et de leurs valeurs, et ne pas investir pour les faire prospérer de nouveau ? »

 

À lire aussi dans Books : La revanche des Blancs déclassés, septembre-octobre 2017.

 

0
Commentaire

écrire un commentaire