L’esprit critique ne prend pas de vacances ! Abonnez-vous à Books !

Le Seigneur des anneaux, version russe

Le roman de Tolkien a été réécrit par un Russe, du point de vue des méchants.

Peu de méchants inspirent aussi peu de sympathie que ceux décrits par Tolkien dans Le Seigneur des anneaux : ce sont, pour l’essentiel, des hordes de créatures monstrueuses, agissant sous l’emprise d’une force maléfique invisible. Heureusement, une coalition des peuples libres – des elfes, des hommes et des nains, tous ou presque nobles et vertueux – parvient à les vaincre… Le Russe Kirill Yeskov, paléontologue de formation, a tenté une curieuse expérience : dans un roman publié en 1999 en Russie, et qui vient d’être traduit en anglais* il réécrit cette intrigue manichéenne du point de vue des perdants. Le Mordor, fief des forces du mal, devient, selon les termes de Yeskov, une « incroyable cité d’alchimistes et de poètes, de mécaniciens et d’astronomes, de philosophes et de médecins, un îlot de civilisation qui a fait le pari de la connaissance rationnelle contre la vieille magie ». Les bons de la version originale sont désormais des obscurantistes brutaux et retors : Yeskov fait du sorcier Gandalf « un va-t-en guerre désireux d’anéantir les initiatives scientifiques et technologiques du Mordor, il transforme les elfes en impitoyables impérialistes et le brave Aragorn en un intrigant machiavélique qui finit par devenir la marionnette de sa femme, l’elfe Arwen », note Laura Miller sur le site Salon.

La critique ne peut s’empêcher de voir dans le Mordor, qualifié d’« empire du mal » par ses ennemis, un avatar de l’URSS du XXe siècle diabolisée par les Américains. « La juxtaposition d’un Occident délibérément féodal et arriéré, qui aime organiser des tournois dans ses châteaux forts, et d’un Mordor, qui cultive le savoir et embrasse le changement », n’est pas sans lui rappeler aussi « la confrontation entre l’Europe médiévale et les empires musulmans, beaucoup plus cultivés et sophistiqués ».

 

Notes

* Sous le titre The Last Ringbearer (« Le dernier possesseur de l’anneau »), cette traduction est téléchargeable gratuitement à cette adresse : http://ymarkov.livejournal.com/270570.html

LE LIVRE
LE LIVRE

Le dernier possesseur de l’anneau de Le Seigneur des anneaux, version russe

SUR LE MÊME THÈME

Jadis & naguère Le gai Paris d’Ernst Jünger
Jadis & naguère Éloge de la vie sauvage
Jadis & naguère Chacun sa croix

Dans le magazine
BOOKS n°101

DOSSIER

Les surprises de l'hérédité

Chemin de traverse

12 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

Race et ascendance

par Olivier Postel-Vinay

Bestsellers

Les pionniers font toujours rêver

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.