L’esprit critique ne prend pas de vacances ! Abonnez-vous à Books !

Le vieil homme et la danse

Sauvegarder cet article

La femme russe « n’est pas douée pour la pirouette », Balanchine dégage une « intensité sauvage »…

Ils sont là, virevoltant sous nos yeux : Anna Pavlova, George Balanchine, Tamara Karsavina… Les grands danseurs russes du début du XXe siècle revivent sous la plume d’Akim Volynsky. L’éminent critique de ballet a livré dans ses écrits, aujourd’hui traduits en anglais, un récit méticuleux et exalté de leurs prouesses. Né en 1861, Chaim Leib Flekser de son vrai nom officia d’abord quarante ans durant comme auteur et critique. Un homme dont « l’arrogance et les déclarations véhémentes lui ont aliéné tout le monde – et la plupart des publications –, l’incitant à se tourner vers ses ballets adorés », raconte Toni Bentley dans le New York Times.
Ce qu’il fit à partir de 1917 en prenant la tête de l’Ecole du ballet russe. De ses longues observations du travail des danseurs, Volynsky déduit des théories parfois surprenantes. La femme russe serait par nature « trop instable et angoissée » pour réussir l’exercice de la pirouette, requérant selon lui « un caractère monolithique ». Quoiqu’on en pense, Volynsky a assurément l’œil aiguisé : « Le pied de Pavlova est charmant – petit et étroit. Ses jambes sont longilignes et musclées, raides comme celles d’une chèvre ». Le jeune Georgi Balanchivadze – le futur George Balanchine –, débutant au théâtre Mariinsky, est « grand et plein d’une intensité sauvage ». Celle qui émeut et fascine par-dessus tout l’observateur passionné est Olga Spessivtseva, qu’il appelait « l’esprit éploré ». Le jeune compositeur Valerian Bogdanov-Berezovsky avait l’habitude de prendre le thé avec le Pygmalion et sa protégée. « A côté de l’incomparable beauté de Spessivtseva », Volynsky, déjà un vieil homme, « avait presque l’air d’un Quasimodo. Il était tourmenté par elle, il essayait de se rapprocher de l’objet de son adoration ». Bien après la mort de Volynsky, sa danseuse préférée, qui passa une grande partie de sa vie en asile, mourut à 96 ans « oubliée de tous ou presque », note Toni Bentely.
LE LIVRE
LE LIVRE

Le royaume magique du ballet. Morceaux choisis sur la danse en Russie, 1911-1925 de Tout le savoir de la forêt, Yale University Press

SUR LE MÊME THÈME

Périscopes Donner corps à la faim
Périscopes Les esclaves oubliés d’Indonésie
Périscopes Tout le savoir de la forêt

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.