L’esprit critique ne prend pas de vacances ! Abonnez-vous à Books !

Les « mauvais livres » interdits aux soldats

Sauvegarder cet article

«Il fut un temps où les étudiants sud-coréens tenaient des meetings clandestins, où Le Capital de Karl Marx circulait sous le manteau, et où l’on risquait de se faire torturer ou emprisonner par une dictature militaire qui bannissait tout livre présumé “rouge” », raconte la journaliste Jiyeon Lee sur le journal en ligne globalpost.com. Un temps désormais révolu. Aujourd’hui, les jeunes arpentent sans problème les rues de Séoul en portant des tee-shirts à l’effigie de Che Guevara. Pourtant, poursuit Jiyeon Lee, « quand ils rejoignent l’armée pour deux ans de service militaire, ils se voient bel et bien privés de leur droit à lire certains ouvrages jugés inappropriés ». Le 31 juillet 2008, le ministère de la Défense sud-coréen publiait en effet une liste de livres interdits aux soldats. Ils peuvent être classés e
n trois catégories : les livres « favorables à la Corée du Nord », les ouvrages « antigouvernementaux ou antiaméricains » et les publications « anticapitalistes ». La liste inclut ainsi l’un des principaux bestsellers du pays depuis 2007 : Bad Samaritans, de l’universitaire Ha-Joon Chang, professeur à Cambridge. Un essai qui décrit le libre marché comme un mythe et montre comment de nombreuses puissances économiques se sont développées grâce au protectionnisme. Autre auteur banni par les militaires sud-coréens : Noam Chomsky, dont Les Dessous de la politique de l’Oncle Sam et L’An 501 : la conquête continue ont été épinglés. Les raisons d’une telle censure ? « Le ministère de la Défense, note Jiyeon Lee, a expliqué avoir pris cette décision après que les services de renseignement eurent fait état de menaces venues d’une organisation étudiante pro-nord-coréenne, Hanchongyeon, qui planifiait de distribuer certains livres aux soldats pour influencer leurs opinions politiques. » Cela étant, les libraires ont profité de la publication de cette liste pour booster les ventes des ouvrages épinglés. Et, le 17 avril dernier, plusieurs avocats de l’armée elle-même ont entamé une action auprès de la Cour constitutionnelle du pays, arguant que cette censure bafouait les droits des soldats, reconnus par la Constitution. Interrogé par le Seditious Book Club, un site Internet sud-coréen créé en réaction à la publication de cette liste, Noam Chomsky ironisait : « Le ministère de la Défense devrait peut-être, par souci d’honnêteté, être rebaptisé “ministère de la Défense contre la liberté et la démocratie”. »
LE LIVRE
LE LIVRE

Mauvais Samaritains de Ha-Joon Chang, Bloomsbury, 2007

SUR LE MÊME THÈME

Censure États-Unis - La Semaine des livres interdits
Censure Secret défense
Censure Faut-il republier Mein Kampf  ?

Dans le magazine
BOOKS n°99

DOSSIER

La forêt et nous

Chemin de traverse

20 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

Une certitude, des questions

Bestsellers

Le printemps malgré tout

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.