Brillez dans les salons ! Avec les 500 faits & idées sélectionnés par la rédaction. Un livre Books Éditions.

Les meilleures ventes en Turquie – Le refuge de l’amour

Face à une situation politique de plus en plus tendue, les lecteurs turcs s’évadent dans les romans à l’eau de rose.

meilleures ventes turquie

 

L’amour a toujours fait vendre en Turquie. Mais c’est plus vrai que jamais, au moment où la situation politique du pays se détériore chaque jour davantage. La Madone au manteau de fourrure, de Sabahattin Ali, roman paru en 2006, est ainsi redevenu un best-seller depuis plusieurs mois. Quant à Ahmet Batman, il s’est imposé en trois ans comme l’un des nouveaux grands de l’intrigue sentimentale. Son dernier ouvrage, « N’aie pas peur mon cœur », figure à la troisième place du palmarès, avec l’histoire d’un jeune libraire stambouliote qui vit une relation compliquée. Aux côtés de ces poids lourds de la littérature à l’eau de rose, le chroniqueur radio Kahraman Tazeoğlu rencontre le succès avec « Reste amoureux », qui met en scène Derya, une jeune apnéiste voulant devenir championne de plongée mais dont la vie est soudain bouleversée par une série d’événements, plus ou moins heureux.

Toujours pour fuir un quotidien plutôt sombre, les Turcs plébiscitent aussi « Les secrets de vie du papillon », de la chanteuse Nil Karaibrahimgil. À grand renfort de bons sentiments, l’ouvrage se veut un guide « philosophique » rempli de conseils pratiques pour mener une vie épanouie : « Vous vous laisserez aller confortablement, sans vous forcer, sans vous fatiguer, avec ces écrits rédigés dans une langue vraie, simple et claire », commente le quotidien Vatan.

Le dernier roman d’Ahmet Ümit est le seul à se démarquer du lot. Auteur à succès, le roi du polar turc se lance ici dans le roman historique. « Adieu ma belle patrie », son vingt-quatrième roman, s’est déjà vendu à plus de 300 000 exemplaires. L’intrigue se déroule au début du XXe siècle, au crépuscule de l’Empire ottoman. Il raconte l’histoire de Şehsuvar Sami, un garçon originaire de la ville de Selânik et amoureux d’Esther, une jeune femme juive. Ils projettent de partir vivre en France, mais Şehsuvar se laisse happer par la révolution et rejoint le Comité Union et Progrès, parti d’opposition dans la mouvance des Jeunes-Turcs, qui lutte contre le régime autoritaire du sultan. L’amour est bien présent, mais, à travers les lettres de Şehsuvar à Esther, le roman retrace surtout l’agonie de l’empire, jusqu’en 1924.

« C’est un livre qui parle des changements de mode de vie, de la crise et des évolutions culturelles que connaît alors la société », résume le site Bianet. Certains y voient le miroir de la situation actuelle. « Les questions les plus controversées étaient alors celles de la liberté, des droits politiques et du texte constitutionnel. C’était peut-être il y a un siècle, mais ce que nous vivons aujourd’hui est très similaire », peut-on lire dans le quotidien Milliyet.

SUR LE MÊME THÈME

Bestseller L’incroyable succès d’un plaidoyer pour le bien-être végétal
Bestseller Les meilleurs ventes en Norvège - Télé-réalité et grande histoire
Bestseller Dans le désert

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.