L’esprit critique ne prend pas de vacances ! Abonnez-vous à Books !

Lu d'ailleurs
Temps de lecture 1 min

L’incroyable voyage du timbre le plus cher du monde

Il est moche, vieux, sa couleur rouge a fané. Mais ce petit morceau de papier vaut bien 9,5 millions de dollars. Il est la « Mona Lisa » des philatélistes, le timbre le plus cher du monde. Le journaliste James Barron a traqué son parcours à travers trois siècles et au moins deux continents pour son livre The One-Cent Magenta.

Ce petit bout de papier papier a été imprimé en 1856 en Guyane britannique sur les presses d’un journal local pour faire face au retard de livraison de timbres venus de la métropole. Il réapparait en 1873 dans une cave. Le jeune garçon qui l’a trouvé le vend six shillings. Le timbre rejoint quelques années plus tard l’immense collection d’un philatéliste français. Un industriel américain l’achète ensuite et tente de le cacher de sa femme avec qui il est en froid. Mais elle le récupère à sa mort et le vend 50 000 dollars. En 1980, le timbre est en la possession de John E. du Pont. Ce riche héritier condamné pour meurtre essaie de l’échanger, sans succès, contre sa grâce.  Son propriétaire actuel, Stuart Weitsman, n’est pas philatéliste. Il  aime collectionner les objets rares. Et il n’existe qu’un seul One-Cent Magenta.

 

Chaque matin, la rédaction de Books vous propose de découvrir un livre « lu d’ailleurs ». Pour recevoir le Books du jour inscrivez-vous gratuitement.

LE LIVRE
LE LIVRE

The One-Cent Magenta: Inside the Quest to Own the Most Valuable Stamp in the World de James Barron, Algonquin Books, 2017

SUR LE MÊME THÈME

Lu d'ailleurs L'émotion de la langue d'internet
Lu d'ailleurs La pensée binaire : bonne ou mauvaise ?
Dans la tête de Kim Jong-Un

Dans le magazine
BOOKS n°100

DOSSIER

Du bon usage de l'esprit critique

Périscope

Les mauvais philosophes

Document

Nasrin Sotoudeh écrit de sa prison

Entretien

Souleymane Bachir Diagne, l’islam et la société ouverte

par Olivier Postel-Vinay

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.