Mais à quels seins se vouer ?

Mais à quels seins se vouer ?

Publié dans le magazine Books, novembre 2012.
Lorsque Timmie Jean Lindsey s’est rendue à l’hôpital public de Houston en 1962, elle pensait seulement se faire effacer un tatouage ; elle en est ressortie avec deux implants mammaires et première femme siliconée au monde. Ce qui l’a poussée à tenter l’expérience ? « J’étais satisfaite de mes seins, bien que, après six enfants, ils devaient être un peu flasques, se souvient-elle. J’ai dit [aux médecins qui m’ont proposé l’opération] “vous savez, ce que j’aimerais vraiment, c’est qu’on me recolle les oreilles”… Et ils m’ont répondu : “Très bien, on arrangera ça aussi”. » Cette anecdote et bien d’autres, recueillies par la journaliste scientifique Florence Williams, ont fait le bonheur des critiques anglo-saxons. Et pourtant les nouvelles…
Pour lire la suite de cet article, JE M'ABONNE, et j'accède à l'intégralité des archives de Books.
Déjà abonné(e) ? Je me connecte.
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire