Mais qui sont donc les Bavarois ?

Mais qui sont donc les Bavarois ?

Publié dans le magazine Books, octobre 2013.
Cela peut surprendre, mais la question de l’origine des Bavarois a donné lieu à des spéculations sans fin au cours des siècles. Aujourd’hui encore, les réponses restent très lacunaires. Une seule hypothèse est à peu près définitivement écartée : celle qui faisait d’un roi mythique – Alemanus Hercules – l’ancêtre de tous les Bavarois… La réalité est, on s’en doute, plus complexe. « Au haut Moyen Âge apparaît dans les chroniques une tribu dont il n’avait jamais été question jusqu’alors : les Baibari, Baioarii, Beiere (le nom exact diffère selon les sources) », écrit Rudolf Neumaier dans le Süddeutsche Zeitung. Ces mentions sont le fait d’auteurs étrangers, comme saint Venance Fortunat, évêque de Poitiers au VIe siècle, et restent suffisamment vagues pour que « chaque hypothèse ait déjà été réfutée vingt fois, poursuit Neumaier. Au point que les historiens en perdent leur latin ». Dans un livre salué par le critique, l’archéologue Brigitte Haas-Gebhard entreprend de résoudre l’énigme en faisant appel aux méthodes de la science moderne. Sa conclusion, analyses radiologiques, isotopiques et ADN (d’ossements) à l’appui, est la suivante : à un noyau romain tardif se sont agrégées diverses peuplades venues d’Asie centrale (les Huns notamment), d’Europe de l’Est et du nord de l’Allemagne, dont a résulté le groupe multiethnique que l’on nomme aujourd’hui les Bavarois. Cela bat évidemment en brèche les thèses des « bavarologues » du XXe siècle (et de quelques hommes politiques contemporains), qui préféraient, eux, y voir une race pure. 

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire