Mama Ellen
par Daniel Bergner

Mama Ellen

Elle a quatre fils et s’est séparée de son mari, qui a failli la tuer. Elle a mené une carrière internationale. Elle a été témoin et acteur d’une des guerres civiles les plus sauvages des années 1990. L’étonnante présidente du Liberia raconte sa bataille pour gouverner un pays en ruine.

Publié dans le magazine Books, octobre 2011. Par Daniel Bergner
« Dites-leur de ne pas s’appuyer contre la barrière », ordonne Ellen Johnson Sirleaf­, la présidente du Liberia, au responsable de sa sécurité. Nous roulons sur l’une des rares avenues goudronnées de Monrovia, la capitale. Le convoi est escorté par les Casques bleus de la force de maintien de la paix de 10 000 hommes, chargée de prévenir un nouveau conflit après quatorze ans d’une guerre civile atroce. Les combats ont cessé en 2003 mais, derrière les vitres du 4 x 4 de la présidente, les squelettes d’immeubles à l’abandon et les cris des badauds sur son passage, à la fois excités et désespérés, révèlent l’ampleur du désastre. L’attention de « Mama Ellen », première femme du continent africain à être élue chef d’État, s’est portée sur un pan de grillage auquel s’adosse un groupe d’adolescents. La clôture simple et délabrée est sur le point de s’écrouler. La présidente de 71 ans se fait virulente. « Mais dites-leur d’arrêter », répète-t-elle de sa voix rauque. Elle veut que l’homme chargé de sa sécurité contacte par radio un autre membre du convoi pour réprimander et disperser les garçons. Tout indique qu’elle préférerait leur tirer elle-même les oreilles, tant elle a l’air d’une grand-mère mécontente sous son turban violet aux motifs géométriques. « Ils vont finir par casser cette barrière ! » Ellen Sirleaf a remporté l’élection de 2005 contre le célèbre footballeur libérien George Weah. Et elle a annoncé qu’elle briguera un nouveau mandat en ce mois d’octobre. Certains Libériens voient en elle la figure…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire