Froid, épidémies, la fin de l’Empire romain

Ce ne sont pas les Barbares qui ont porté un coup fatal à l’Empire romain, mais des bactéries à l’origine d’une série de pandémies meurtrières. Leur prolifération a été favorisée par un refroidissement brutal, longtemps sous-estimé.


©adoc-photos

Transmise par les puces des rongeurs, la peste bubonique a réussi à s’infiltrer dans les contrées les plus reculées de l’empire. Ici, le temple de Bacchus, à Baalbek, au Liban, photographié en 1890.

  Kyle Harper est professeur d’histoire à l’université de l’Oklahoma, aux États-Unis. On doit aussi à ce spécialiste de la Rome antique des ouvrages sur l’esclavage et sur la transformation de la morale sexuelle dans le Bas-Empire romain. Comment l’Empire romain s’est effondré est son premier livre traduit en français.   La chute de Rome est l’un des sujets historiques les plus étudiés et controversés qui soient. Vous rappelez dans votre livre que 210 théories ont déjà été énoncées. Alors pourquoi en proposer une 211e ? Si surprenant que cela puisse paraître, nous disposons d’informations inédites. Un peu comme si de nouvelles traces d’ADN étaient apparues dans une vieille affaire de meurtre. Cette comparaison est, d’ailleurs, presque à prendre au pied de la lettre : les progrès de la paléogénomique nous aident à répondre à des questions que nous ne nous étions même pas posées. Nous sommes désormais capables d’interpréter comme jamais auparavant les ossements humains, leur taille, leur forme ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Comment l’Empire romain s’est effondré. Le climat, les maladies et la chute de Rome de Kyle Harper, La Découverte, 2019

SUR LE MÊME THÈME

Histoire États-Unis : par ici la sortie !
Histoire Chine : un autoritarisme tout en souplesse
Histoire Quand le tabac soignait

Aussi dans
ce numéro de Books