Soutenez l’esprit critique ! Participez à la campagne pour préserver l’indépendance de Books !

Rushdie ne mord plus

Jadis dérangeant et cinglant, l’auteur des Enfants de minuit livre ici un roman décevant, au style ampoulé.

Voici un livre qui fait couler de l’encre sur (au moins) trois continents. Situé à New York, le treizième roman de Salman Rushdie met en scène un milliardaire qui « se fait appeler Néron Golden », débarqué avec ses trois fils adultes d’un lointain Orient à la suite d’un événement traumatique (il s’agit des attentats de 2008 à Bombay, qui ont visé notamment l'hôtel Taj Mahal). Le lecteur croise, entre autres, une belle Russe maléfique et une jeune Somalienne ; il reconnaît sans difficulté un certain Joker pourvu d’une mèche verte, candidat tonitruant à la présidence. Devenu citoyen américain après avoir été indien puis britannique, « l’écrivain aux identités multiples » n’a pas son pareil pour évoquer l’immigration et l’exil, apprécie The Guardian. Littérature-monde ? Trop foisonnant pour être ­résumé, traversé d’innombrables références mythologiques, littéraires et cinématographiques – de <
em>Fenêtre sur Cour, de Hitch­cock, à La Complainte du sentier, de Satyajit Ray –, cette œuvre-­palimpseste amène à s’interroger sur l’ancrage et le flottement en littérature. « Quand Salman Rushdie s’est attelé à son deuxième roman, Les Enfants de minuit (1981), il a constaté qu’il ne pouvait pas écrire “dans la prose mesu­rée d’un E. M. Forster” », rappelle The New York Times. Car ­l’Inde, à la fois cadre et ­sujet de son livre, « c’est la démesure, expliquait l’auteur. Elle est intense. Intense et surpeuplée, vulgaire, bruyante, et elle exige un style qui lui corresponde ». Ce style, poursuit le quotidien new-yorkais, Rushdie l’a incontestablement trouvé, comme en témoignent Les Enfants de minuit, Les Versets sataniques et d’autres excellents romans qui ont suivi. Mais on constate de plus en plus, déplore le critique américain, que « sa prose est devenue ampoulée et quasi illi­sible. Tout peut ­arriver, donc plus rien n’a ­d’importance », dans un New York qui semble « sorti d’anciens numéros du magazine Vanity Fair ». C’est le même genre de reproche qui lui est adressé (quoique en moins sévère) à New Delhi. Dans le quotidien The Hindu, la poétesse Rukmini Bhaya Nair évoque une rencontre avec Rushdie lors d’une conférence à Cambridge, « il y a longtemps ». Le romancier s’était identifié au chien de L’Hiver du doyen, de Saul Bellow, qui ne connaissait « qu’une seule façon d’aboyer ». Dans La Maison Golden, estime la critique indienne, « Rushdie aboie aussi fort qu’auparavant. Mais ses crocs sont-ils aussi acérés que dans Les Enfants de minuit, livre qui lui a valu un procès en diffamation en Inde, La Honte, interdit au Pakistan, et Les Versets sataniques, qui a attiré une fatwa sur sa tête ? À mon avis, non. »
LE LIVRE
LE LIVRE

La Maison Golden de Salman Rushdie, Actes Sud, 2018

SUR LE MÊME THÈME

En librairie L'affaire Florence Cassez, mauvais polar mexicain
En librairie Le revenu universel contre la marchandisation de la société
En librairie Le modèle végétal

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.