23 idées à glaner dans le numéro 14

23 idées à glaner dans le numéro 14

Publié dans le magazine Books, juillet-août 2010.

• La Révolution française a dévoilé de nouvelles lois de la nature, qui ne peuvent être décrites avec les catégories anciennes. (=> Lire « La révolution comme si vous y étiez »)

• Il n’est pas certain qu’une politique tendant à préserver la langue et la culture d’un peuple soit dans son intérêt (=> Lire « Faut-il protéger les langues »). P. 9.

• Le Brésil compte vingt millions d’adeptes du spiritisme. (=> Lire « Le médium qui parlait aux brésiliens » )

• L’acte musical contient clairement une promesse de plaisir sexuel. (=> Lire « Jacques Atalli :  »La musique sert à canaliser la violence » »)

• La musique sérielle apparaît comme une impasse desséchée (=> Lire « Jacques Atalli :  »La musique sert à canaliser la violence » »)

• Pourquoi le silence est-il si difficile à trouver ? (=> Lire « Le silence est d’or »)

• Si un arbre tombe dans la forêt et que personne n’est là pour l’entendre, produit-il un son ? (=> Lire « Le cerveau musicien »)

• Pour l’enfant, la musique est une sorte de jeu qui prépare à explorer le langage. (=> Lire « Le cerveau musicien »)

• Une chanson de Frank Sinatra peut provoquer une crise d’épilepsie. (=> Lire « Des pathologies peu ordinaires »)

• Le cerveau ne cesse de se contenir, de se ralentir, de réprimer ses pouvoirs naturels. (=> Lire « Des pathologies peu ordinaires »)

• L’idée que des traits innés soient forcément des adaptations est un présupposé. (=> Lire « Mais à quoi donc sert-elle ? »)

• Hier à peine plus qu’un meuble, le musicien est aujourd’hui une icône culturelle. (=> Lire « Le sacre de la musique »)

C'est gratuit !

Recevez chaque jour la Booksletter, l’actualité par les livres.

• Bach fut jeté en prison pour avoir protesté contre ses conditions de travail. (=> Lire « Le sacre de la musique »)

• Le musicien est à tort oublié de l’histoire des intellectuels en France. (=> Lire « Pascal Blanqué :  »Les musiciens sont entrés en politique dans l’entre-deux-guerres » »)

• Le hip-hop des années 1980 décrit le monde de l’après-2000. (=> Lire « Hip-hop, qu’as-tu fait de ta révolte ? » )

• La crudité et la violence verbale d’Eminem reposent sur une distance bien comprise entre les mots et les faits, évidente pour les fans. (=> Lire « Eminem, la voix blanche du ghetto » )

• L’ayatollah Khomeiny comparait les effets de la musique à ceux de l’opium. (=> Lire « Le dangereux pouvoir de la musique »)

• Qui prend l’art le plus au sérieux : ceux qui veulent qu’on le laisse tranquille ou ceux qui veulent le policer ? (=> Lire « Le dangereux pouvoir de la musique »)

• Prokofiev s’était porté volontaire pour composer un hymne à la gloire de Staline. (=> Lire « La partition stalinienne de Prokofiev »)

• La dernière chanson de Fela décrivait comme « non africain » l’usage des préservatifs. (=> Lire « The Black President »)

• Les nanohistoires sont de petits événements qui apparaissent soudain à la surface du Web, sont diffusés à une vitesse phénoménale et disparaissent aussi vite. (=> Lire « Le triomphe de la fast-information »)

• La plupart des enfants victimes d’abus sexuels ne comprennent pas qu’ils sont persécutés. (=> Lire « Un autre regard sur l’enfant abusé »)

• Il faut rendre le travail des banquiers à nouveau ennuyeux. (=> Lire « Demain la crise » )

Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire