Biélorussie, une si jolie petite dictature

À Minsk, il n’y a pas de bancs, pour éviter les rassemblements. Même les manifestations de Pères Noël sont interdites ; et le KGB peut entrer chez vous à tout moment. Bienvenue en Biélorussie, le dernier régime stalinien d’Europe, où la paranoïa est une seconde nature.

L’été, à Minsk, capitale de la Biélorussie, les jeunes couples louent des bateaux. Ils se laissent dériver sur la rivière Svislotch au gré du courant, apparemment sans but, jusqu’à atteindre un pont. Ils rament alors contre le courant aussi longtemps que possible, dans l’espoir de rester à la fois à l’abri du soleil et des regards indiscrets. Si l’on en croit Paranoïa, le roman de l’écrivain biélorusse Victor Martinovitch, trouver pareille tranquillité est impossible. Dans un État policier comme la Biélorussie d’aujourd’hui, qui atteint presque au contrôle parfait, il y a toujours quelqu’un qui regarde. Et les jeunes amoureux se surveillent l’un l’autre, consciemment ou pas. Le seul moyen d’être en sécurité, dans une société comme celle-là, est de renoncer à l’amour, mais la solitude véritable prête à la paranoïa. Au début du roman, Anatoli, un jeune écrivain, se retrouve seul : Lisa, sa petite amie, a disparu de son appartement de la rue Karl-Marx. Il glisse des petits mots sous sa porte, où ils sont dûment interceptés, copiés et interprétés par le KGB. ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Paranoia de Viktor Martinovitch, Astrel SPB

SUR LE MÊME THÈME

Politique Le douloureux destin des artistes cubains
Politique Gertrude Bell, architecte de l’impossible Irak
Politique Hongkong : le long combat de Joshua Wong

Dans le magazine
BOOKS n°121

DOSSIER

Tous traumatisés !

Chemin de traverse

14 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

Soigner mes traumas

par Olivier Postel-Vinay

Bestsellers

John Donne, poète rock’n’roll

par Ekaterina Dvinina

Voir le sommaire