L’excès d’esprit critique

Le problème aujourd’hui n’est pas le manque d’esprit critique. C’est plutôt son excès et le manque de discernement. Personne n’y échappe : ni le citoyen lambda, ni les intellectuels, ni les artistes.


© Denis Pessin pour Books
Il faut enseigner aux jeunes l’esprit critique », déclarait récemment un excellent spécialiste des théories du complot à qui l’on demandait quoi faire pour lutter contre l’épidémie de complotisme. Le problème est que les adeptes de ces théories les endossent et les diffusent au nom, précisément, de l’« esprit critique » : critique des « vérités officielles », critique des « prétendues vérités scientifiques », critique des « manipulations médiatiques ».   Les mêmes, d’ailleurs, sont prêts à ­gober complaisamment le moindre ­ragot circulant sur les réseaux sociaux et, pire, à le relayer comme vérité révélée (des enquêtes ont montré que la propension à croire aux théories du complot est fortement corrélée au fait de s’informer sur les réseaux sociaux et YouTube plutôt que via les médias professionnels et les agrégateurs d’actualités). C’est dire que le problème n’est pas le manque d’esprit critique : c’est plutôt son excès ou, plus précisément, le manque de discernement quant à ses cibles.   « Démocratisation » oblige, un individu quelconque, sans autre contrainte ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Des valeurs. Une approche sociologique de Nathalie Heinich, Gallimard, « Bibliothèque des sciences humaines », 2017

SUR LE MÊME THÈME

Sociologie Certains l’aiment froide
Sociologie Les bonnes raisons de croire aux idées fausses
Sociologie Max Weber entre démons et passions

Dans le magazine
BOOKS n°117

DOSSIER

Quel avenir pour le cinéma ?

Chemin de traverse

16 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

To be or not to be…

par Olivier Postel-Vinay

Bestsellers

Une histoire anarchiste de l’humanité

Voir le sommaire