À l’heure du polyamour
par Tobias Becker et Claudia Voigt

À l’heure du polyamour

La monogamie aurait-elle fait son temps ? Aux États-Unis, en Allemagne et ailleurs, nombreux sont ceux qui revendiquent d’aimer plusieurs personnes en même temps dans le respect de leurs partenaires. Ce modèle de relations sentimentales rebat les cartes entre les sexes. Une opportunité pour les femmes ?

Publié dans le magazine Books, janvier/février 2018. Par Tobias Becker et Claudia Voigt

© Audience Network

Un groupe de polyamoureux (ici dans la série You Me Her) peut être constitué de trois, quatre personnes ou davantage, et tous les partenaires n’ont pas forcément de rapports sexuels entre eux.

D’après la comédienne Scarlett ­Johansson, le mariage est une belle idée romantique, mais être marié ­demande, en réalité, beaucoup de travail et de grands efforts. « Je ne pense pas que mener une vie monogame soit naturel », dit-elle. La fidélité ne correspondrait pas à nos instincts. Une affirmation osée et courageuse ? Il y a quelques années peut-être. Aujourd’hui, la monogamie est attaquée de toutes parts. À 32 ans, Johansson en est déjà à son second mariage. Une union qui depuis quelques semaines, à en croire certaines rumeurs, battrait de l’aile (1). Cela fait longtemps que les cinéastes et les écrivains, les essayistes et les ­savants cherchent le bonheur hors de la traditionnelle relation à deux. You Me Her [Toi, moi et elle], c’est ainsi que s’intitule une nouvelle série Netflix dans laquelle un couple expérimente l’idée d’un partenaire supplémentaire. En ­Allemagne, le réalisateur Tom Tykwer a été parmi les premiers à porter le sujet à l’écran. Son film Drei [« Trois »] comporte un happy end dans lequel on voit deux hommes et une femme ensemble dans un lit. Dans les romans des Berlinoises Olga Grjasnowa et Ronja von Rönne, les personnages masculins aussi bien que ­féminins vivent dans des relations à trois ou quatre comme si cela allait de soi. Et voici, enfin, trois essais qui abordent ce modèle des relations ouvertes : Sex at Dawn [« Le sexe à l’aube »], un best-seller américain dans lequel le psychologue Christopher Ryan et la psychiatre ­Cacilda Jethá décrivent la…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
2
Commentaires

écrire un commentaire

  1. Gilles dit :

    Cet article est navrant, car les exemples ne sont qu’américains, ou presque. Nous ne partageons pas forcément les attendus de la société américaine que, personnellement, je trouve malade. Les symptômes de violence, les déséquilibrés en grand nombre qui pratiquent les tueries de masse, les injonctions à être beaux et riches, tout cela ne me fait pas envie. Si en démocratie, on a le président qu’on mérite, alors Trump veut tout dire…

  2. Francart Kévin dit :

    D’accord avec Gilles

NOUVEAU ! Découvrez le Books du jour !
Chaque matin, un nouveau livre chroniqué dans votre boîte email.