Aux origines du « grand État » chinois

La Chine conquérante d’aujourd’hui doit beaucoup plus aux Mongols et aux Mandchous qu’aux Hans. Cette thèse d’un éminent sinologue canadien ne peut que déplaire à Pékin.


Qin Shi Huangdi (ici, un portrait du xviie siècle), premier empereur de Chine et fondateur de la dynastie Qin au pouvoir de 221 à 207 avant notre ère. Après avoir conquis les royaumes rivaux, il entreprit d’unifier le pays.

La dégradation des rela­tions qu’entretient la Chine avec le Japon, l’Australie, les États-Unis, le Vietnam et d’autres pays ne fait qu’accroître l’intérêt pour les faits et gestes passés et présents de Pékin.
La demande suscitant l’offre, le sinologue Timothy Brook vient de publier Le Léopard de Kubilaï Khan, un ouvrage qui associe une érudition de haut niveau et un judicieux emploi des cartes. Il y expose sa vision somme toute classique d’une Chine impliquée dans les affaires du monde ­depuis la haute Antiquité, et celle, plus inhabituelle, des ­véritables origines de l’État chinois actuel.

...
LE LIVRE
LE LIVRE

Le Léopard de Kubilaï Khan. Une histoire mondiale de la Chine de Timothy Brook, Payot, 2019

ARTICLE ISSU DU N°112

SUR LE MÊME THÈME

Géopolitique Bienvenue en pentarchie
Géopolitique Qui sème le blé récolte la puissance
Géopolitique Cuba : les habits neufs de la révolution

Aussi dans
ce numéro de Books