Brodsky à livres ouverts

Joseph Brodsky vouait un culte aux livres. À sa mort, en 1996, les centaines d’ouvrages qu’abritait son appartement new-yorkais ont été remis au musée Anna-Akhmatova de Saint-Pétersbourg. Ils ont ainsi rejoint les volumes que le poète n’avait pas pu emporter lors de son expulsion d’URSS, en 1972. Après avoir fait le tour du monde, la très riche bibliothèque de Brodsky est enfin reconstituée.


Joseph Brodsky était un lecteur insatiable. Dans ses interviews, ses essais ou ses poèmes, il cite les noms de dizaines de prosateurs ou poètes qui l’ont influencé, inspiré, avec qui il a établi un dialogue intérieur. Pouvoir jeter un coup d’œil à sa bibliothèque était un rêve irréalisable jusqu’à ce que, miracle, nous apprenions qu’elle se trouve depuis peu à Saint-Pétersbourg [ex-­Leningrad], hébergée par le musée Anna-Akhmatova, quai de la Fontanka. Second miracle, sa partie russe et sa partie étrangère y sont désormais réunies.

Nous avons demandé à Olga Seïfet­dinova, conservatrice de la Bibliothèque américaine de Brodsky, de nous parler de son histoire, de son contenu et de ce qu’elle nous révèle du Brodsky lecteur. Voici ce qu’elle nous en a dit :

Brodsky était connu pour adorer le « ping-pong intellectuel ». C’est entre autres ce qui avait permis à ce Soviétique arrivé de fraîche...

LE LIVRE
LE LIVRE

Less Than One: Selected Essays de Joseph Brodsky, Farrar, Straus and Giroux, 1986

ARTICLE ISSU DU N°117

Aussi dans
ce numéro de Books