« Ce qui est en cause, c’est le type d’État-providence »

Comme le montrent les auteurs de The Spirit Level, beaucoup d’indicateurs de bien-être sont corrélés au niveau d’inégalité sociale. Mais ils ont tort de faire des inégalités la cause unique du mal-être des sociétés. Ils ont même tort d’y voir une cause tout court. En amont des inégalités, il faut analyser la nature de l’État-providence.

Books : Les auteurs de The Spirit Level pensent avoir démontré que les sociétés où l’on vit le mieux sont les moins inégalitaires. Cependant, la corrélation qu’ils établissent entre le niveau d’inégalité sociale et les indicateurs de qualité de vie a fait l’objet de critiques. Par exemple, le Japon et la Finlande, les deux pays les plus égalitaires, sont aussi les deux pays où le taux de suicide est le plus élevé [voir « Contre-exemple : le suicide »]. Que vous inspire cet argument ? Hervé Le Bras : Si tout phénomène économique et social dépendait d’une cause unique, les sciences sociales pourraient fermer boutique. En réalité, chaque phénomène combine de manière originale plusieurs facteurs. Le suicide en est un bon exemple. En s’inspirant de la théorie du suicide de Durkheim, on peut même éclairer le fait que sa fréquence n’augmente pas avec l’inégalité. Durkheim a établi le rapport entre le suicide et la rupture du lien social ou familial. ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Les Trois Mondes de l’État-providence de « Ce qui est en cause, c’est le type d’État-providence », PUF

Dans le magazine
BOOKS n°120

DOSSIER

Grandes aventurières

Chemin de traverse

13 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

À propos de Books

par Olivier Postel-Vinay

Bestsellers

De la tendresse dans un monde de brutes

par Ekaterina Dvinina

Voir le sommaire