Chatterton, un poète pas si maudit

En se suicidant à l’âge de 18 ans, Thomas Chatterton est devenu l’archétype du héros romantique. Mais a-t-il vraiment mis fin à ses jours ? Un livre met en doute la légende et dresse le portrait d’un ambitieux faussaire et débauché.

Le 24 août 1770 au matin, on découvrit le cadavre du poète Thomas Chatterton sur le lit de sa mansarde à Holborn, l’un des quartiers les plus mal famés de Londres ; sur le sol, des pages manuscrites, et, dans un verre, des traces d’arsenic. Celui qui venait de mourir si jeune – il n’avait pas 18 ans – et dans des conditions si misérables n’était pas un inconnu. Durant son apprentissage dans un cabinet d’avocats de Bristol, il s’était illustré par la diffusion de textes du bas Moyen Âge – des documents municipaux et des poèmes, des drames, et même une épopée – qu’il prétendait avoir trouvés dans un coffre poussiéreux, au fin fond du grenier d’une vieille église.   Naissance d’un mythe Les poèmes, à l’orthographe irrégulière ancienne mais d’une étonnante force expressive, dataient – selon leur découvreur – du XVe siècle, et ils étaient signés d’un prêtre, poète à ses heures, du nom de Thomas Rowley. Les habitants de Bristol tirèrent fierté de ces trouvailles, qui eurent un retentissement considérable, au-delà de la ville, et é...
LE LIVRE
LE LIVRE

Chatterton ou la falsification du monde de Chatterton, un poète pas si maudit, Mattes

SUR LE MÊME THÈME

Littérature Bambi, l’improbable succès d’une histoire glauque
Littérature « Mon métier, c’est la critique »
Littérature L’origine du monde, revue et décolonisée

Dans le magazine
BOOKS n°119

DOSSIER

Guerre froide 2.0

Chemin de traverse

18 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

D’une guerre froide à l’autre

Bestsellers

L’art presque perdu de se concentrer

par Ekaterina Dvinina

Voir le sommaire