Chère correspondance

Déjà très affaibli par nos vies saturées de travail et de distractions, l’art épistolaire est désormais menacé de disparition par la généralisation des e-mails.

La romancière J. K. Rowling n’a pas pour habitude de s’exprimer sur les livres des autres. Elle l’a pourtant fait, en 2006, dans un article consacré à Decca, savoureux recueil de la correspondance de Jessica Mitford. L’auteure d’Harry Potter louait l’esprit rebelle, le courage, l’humour et l’irrévérence dont elles étaient l’expression, tout en remarquant à quel point ces lettres offraient de leur auteure une image bien plus complète que ses autobiographies. On l’y voit souvent aux prises avec les opinions et les caprices de ses sœurs, et tirer à boulets rouges sur tout ce que ce monde compte de brutes. Rowling sait reconnaître un livre palpitant quand elle en croise un : la correspondance de Jessica Mitford est proprement fascinante. Voilà près de deux siècles que nous pleurons l’extinction de l’art épistolaire. Ce deuil a bien sûr commencé avant le téléphone, le fax et le courrier électronique ; aux yeux de beaucoup, le mal remonterait à 1840, quand l’élite se plut à penser que l’apparition du timbre adhésif et du service postal universel allait avilir cette forme d’art qu’il ...
LE LIVRE
LE LIVRE

To the Letter: A Journey Through a Vanishing World de Simon Garfield, Canongate Books, 2013

SUR LE MÊME THÈME

Culture Disney : Donald Duck, l’impérialiste cynique
Culture Pourquoi le monde entier regarde des séries turques
Culture La forêt et la civilisation

Dans le magazine
BOOKS n°119

DOSSIER

Guerre froide 2.0

Chemin de traverse

18 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

D’une guerre froide à l’autre

Bestsellers

L’art presque perdu de se concentrer

par Ekaterina Dvinina

Voir le sommaire