Cuba : les habits neufs de la révolution

Asphyxiée depuis soixante ans par les États-Unis, abandonnée depuis trente ans par Moscou, Cuba a longtemps été dirigée d’une main de fer par les frères Castro. Aujourd’hui, la vieille garde a tiré sa révérence, et le régime tente de s’adapter à l’époque – avec des résultats mitigés. Si sa gestion de la crise sanitaire force le respect, une série de réformes économiques menées à marche forcée fait planer le spectre de l’inflation.


Quand Anthony DePalma déclare que le régime cubain n’a survécu que grâce à la passivité de la population, Helen Yaffe affirme au contraire que les habitants de l’île sont étroitement impliqués dans sa gouvernance. © Nikos Economopoulos/Magnum

Le 16 avril 2021, Raúl Castro a quitté ses fonctions de Premier secrétaire du Parti communiste cubain. La plupart des commentateurs ont souligné que c’était la première fois depuis soixante ans qu’aucun des principaux postes politiques de l’île n’était occupé par un Castro. Ce départ a marqué l’arrivée d’une nouvelle génération : l’actuel président et premier secrétaire du Parti, Miguel Díaz-Canel Bermúdez, auquel Raúl Castro a confié les rênes du gouvernement en avril 2018, n’était même pas né en 1959, l’année de la révolution. Sous peu, le système fondé par le Mouvement du 26 juillet 1 de Fidel Castro aura survécu à ses fondateurs. Cette longévité, qui a fait mentir les nombreux oiseaux de mauvais augure lui prédisant une fin prochaine, aurait dû battre en brèche la vieille idée selon laquelle le système socialiste cubain n’est qu’une survivance de la guerre froide. Après tout, n’a-t-il pas vécu dans le monde de l’après-1989 plus longtemps que dans ...

LE LIVRE
LE LIVRE

We Are Cuba! How a Revolutionary People Have Survived in a Post-Soviet World de Helen Yaffe, Yale University Press, 2020

SUR LE MÊME THÈME

Géopolitique Timochenko, un innocent aux mains sales
Géopolitique Aux origines du « grand État » chinois
Géopolitique Les Balkans, miroir de nos peurs

Aussi dans
ce numéro de Books