De quoi est mort l’esclavage

L’esclavage européen et américain n’a pas disparu pour cause d’inefficacité. L’indignation morale et l’évolution des rapports de puissance ont pesé plus lourd que l’intérêt économique. Sous la pression de l’Occident, l’Afrique et l’Asie suivirent, avec un temps de retard.

Le mouvement pour l’abandon de l’esclavage est né, timidement, à l’époque médiévale. Mais il n’a trouvé sa pleine expression qu’au XIXe siècle, dans le nord de l’Europe et aux États-Unis. Les chrétiens et les musulmans du Moyen Âge considéraient en effet que même la foi ne devait pas asservir les croyants. Les deux religions n’appliquèrent certes pas toujours ce principe mais, dès le XIIIe siècle, le texte des Siete Partidas – l’ensemble des lois régissant le royaume de Castille – prévoyait des sanctions contre la servitude dans la péninsule Ibérique. Ce qui n’a pas empêché les Espagnols et les Portugais de bâtir outre-mer des empires esclavagistes, plus de deux siècles avant leurs voisins d’Europe du Nord.
En réduisant les infidèles (chiites compris) en servitude, les musulmans avaient fait œuvre de pionniers dans ce domaine. Sur la côte maghrébine, dont l’économie a reposé pendant des siècles sur l’esclavage et la piraterie, des musulmans noirs étaient régulièrement vendus aux chrétiens. En Afrique subsaharienne, les esclaves constituaient ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Abolition. A History of Slavery and Antislavery de Seymour Drescher, Cambridge University Press, 2009

SUR LE MÊME THÈME

Histoire États-Unis : par ici la sortie !
Histoire Chine : un autoritarisme tout en souplesse
Histoire Quand le tabac soignait

Dans le magazine
BOOKS n°120

DOSSIER

Grandes aventurières

Chemin de traverse

13 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

À propos de Books

par Olivier Postel-Vinay

Bestsellers

De la tendresse dans un monde de brutes

par Ekaterina Dvinina

Voir le sommaire