L’esprit critique comme obscurantisme

La démarche critique se voulait libératrice. Mais elle a engendré une défiance généralisée à l’égard des faits les mieux attestés, des connaissances les plus établies. Et donné naissance à un obscurantisme d’un genre inattendu.


© Denis Pessin pour Books
Qui aurait pensé, voilà trois ou quatre décennies, qu’il y avait lieu de se poser la question du « bon usage de l’esprit critique » ? L’idée même de critique ne paraissait-elle pas contenir l’antidote à ses éventuelles ­dérives ? L’esprit critique ne devait-il pas, par essence, être aussi en garde contre lui-même ? Il y avait bien le souvenir de certains abus de l’hypercritique en ­matière d’histoire qui, à force de suspicion à l’égard des documents et des témoignages, en étaient arrivés à des conclusions délirantes – Napoléon, par exemple, n’avait jamais existé. On avait connu une réactivation de ces démarches et de cette problématique à propos de la négation de l’existence des chambres à gaz nazies, à l’orée des années 1980. Mais il ne semblait décidément s’agir là que d’excentricités marginales, d’excès individuels sans grande conséquence puisque destinés à se discréditer d’eux-mêmes. Ils n’ont pas empêché d’ériger l’esprit critique en faculté reine de notre culture.   Le moment communément appelé « postmoderne » aura représenté l’apothéose de la ...
LE LIVRE
LE LIVRE

L’avènement de la démocratie IV. Le nouveau monde de Marcel Gauchet, Gallimard, « Bibliothèque des sciences humaines », 2017

SUR LE MÊME THÈME

Philosophie Comment s’ennuyer intelligemment
Philosophie Hypatie, mathématicienne et philosophe assassinée
Philosophie Lumières et anti-Lumières

Dans le magazine
BOOKS n°119

DOSSIER

Guerre froide 2.0

Chemin de traverse

18 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

D’une guerre froide à l’autre

Bestsellers

L’art presque perdu de se concentrer

par Ekaterina Dvinina

Voir le sommaire