L’âge d’or de la cocaïne

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, cette drogue était considérée comme un précieux stimulant, aux nombreuses vertus thérapeutiques. Parmi ses plus fervents adeptes, Sigmund Freud.

Le premier milliardaire de la cocaïne fut sans doute un certain Angelo Mariani, si l’on en croit le nouveau livre d’Howard Markel, An Anatomy of Addiction. Dans les années 1860, ce chimiste français, d’origine corse, mélangea des feuilles de coca écrasées avec du bordeaux et commercialisa ce « vin tonique » sous l’appellation de Vin Mariani. Chaque centilitre contenait deux milligrammes de cocaïne. Le général Grant figurait parmi les amateurs du brevage. Atteint d’un cancer de la gorge, il en buvait tout en écrivant ses Mémoires. De nombreuses célébrités de l’époque en recommandaient également la consommation, à l’instar de Jules Verne, Henrik Ibsen, Thomas Edison, Robert Louis Stevenson, Alexandre Dumas ou Arthur Conan Doyle. Il est piquant de s’imaginer chacun d’eux faire dans le journal la publicité du Vin Mariani en proclamant, comme devait le dire le comique américain Lenny Bruce à propos de l’héroïne : « Je mourrai jeune, mais c’est comme embrasser Dieu. » Howard Markel, professeur d’histoire de la médecine à l’université du Michigan, raconte l’histoire du Vin Mariani pour illustrer l’engouement intellectuel ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Anatomie de l’addiction de Howard Markel, Pantheon Books

SUR LE MÊME THÈME

Médecine Trop sensibles pour ce monde toxique
Médecine Les grandes gueules de la pandémie
Médecine Peau noire, blouses blanches

Dans le magazine
BOOKS n°115

DOSSIER

Pourquoi croit-on en Dieu ?

Voir le sommaire