Le déclin de l’occident, bis

L’Europe peut-elle rester la même avec un peuplement qui change ? C’est sur cette question que s’ouvre Reflections on the Revolution in Europe, le dernier livre de Christopher Caldwell. Pour le journaliste conservateur américain, il ne fait aucun doute que la civilisation européenne est sérieusement menacée par l’installation sur son sol de populations issues du monde musulman.

L’Europe peut-elle rester la même avec un peuplement qui change ? C’est sur cette question que s’ouvre Reflections on the Revolution in Europe, le dernier livre de Christopher Caldwell. Pour le journaliste conservateur américain, il ne fait aucun doute que la civilisation européenne est sérieusement menacée par l’installation sur son sol de populations issues du monde musulman. Paralysées par le souvenir honteux de la colonisation, aveuglées par leur relativisme moral, les élites européennes auraient gravement sous-estimé l’intransigeance dogmatique des nouveaux venus, généralement hostiles à l’Occident et donc peu désireux de s’intégrer. Fondée sur un calcul économique à courte vue, et poursuivie pour des motifs moraux, la politique d’immigration massive se serait faite à l’insu des Européens « de souche, » majoritairement hostiles au phénomène mais jamais appelés à s’exprimer démocratiquement sur le sujet.
Ce livre pour le moins radical a reçu un accueil bienveillant dans la presse anglo-saxonne. Paul Marshall, du Wall Street Journal, souscrit volontiers au diagnostic de Cladwell : « Les immigrés d’aujourd’hui sont hostiles aux valeurs européennes, mais il faut ajouter que l’Europe elle-même est de moins en moins au clair sur ce que sont ces valeurs. » Le Guardian, pourtant classé à gauche, n’est pas en reste : « Comparé à la plupart des livres sur l’immigration, écrit David Goodhart, celui-ci regorge d’idées. », parmi lesquelles il relève notamment celle-ci : « Moins un pays est raciste, plus la déception des immigrés augmente, car leur échec apparaît plus humiliant. »
Kenan Malik, du New Humanist, se montre plus sévère. Récusant la théorie du « choc des civilisations » mobilisée par Caldwell, il souligne « qu’il n’existe pas un ensemble transhistorique de valeurs européennes qui s’opposeraient aux valeurs islamiques » et reproche à l’auteur d’établir une corrélation infondée entre « diversité ethnique » et diversité de valeurs. Une voix bien isolée dans ce concert d’éloges.


Lire l’article du Wall Street Journal

Lire l’article du Guardian
Lire l’article du New Humanist


LE LIVRE
LE LIVRE

Réflexions sur la révolution d’Europe : l’immigration, l’Islam et l’Europe de Le déclin de l’occident, bis, Allen Lane, non traduit

SUR LE MÊME THÈME

Prendre la clé des champs
Le Polonais qui a tout inventé
Ci-gît le Bataillon sacré

Dans le magazine
BOOKS n°120

DOSSIER

Grandes aventurières

Chemin de traverse

13 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

À propos de Books

par Olivier Postel-Vinay

Bestsellers

De la tendresse dans un monde de brutes

par Ekaterina Dvinina

Voir le sommaire