Le problème, c’est qu’on ne peut pas prévoir !

Il est à la mode de penser que la crise de 2008-2009 a signé l’échec de la théorie économique orthodoxe, selon laquelle les acteurs agissent de manière forcément rationnelle. La réalité est différente : la chute de l’URSS a créé un excès de confiance du monde capitaliste, dont les théoriciens ont oublié les leçons de leurs maîtres.

Le capitalisme ayant subi l’un de ces chocs qui l’ébranlent périodiquement, les deux dernières années ont donné un second souffle à John Maynard Keynes. Les événements ont montré les limites de la théorie selon laquelle on peut faire confiance à l’économie pour rester stable pour peu qu’on lui laisse quasiment la bride sur le cou. On reparle donc beaucoup du « paradoxe de l’épargne » – les choix rationnels des individus peuvent se révéler collectivement désastreux – et de la nécessité pour l’État de contrecarrer la tendance naturelle du marché à l’anarchie. Keynes est de retour car il avait compris que le capitalisme est très souvent irrationnel. Malheureusement, ceux qui l’invoquent aujourd’hui semblent rarement avoir compris sur quoi se fondait cette conviction. Le livre d’Akerlof et Shiller fut écrit, pour l’essentiel, avant la crise. On peut cependant y voir une préfiguration du désenchantement actuel à l’égard de la science économique. Selon les auteurs, les théories en vigueur ont le tort de supposer l’être humain beaucoup plus rationnel qu’il n’est. « Ce livre, écrivent-ils, s’appuie sur un nouveau champ de recherches, ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Les Esprits animaux. Comment les forces psychologiques mènent la finance et l’économie de George Akerlof, Pearson Educatio

SUR LE MÊME THÈME

Economie Les artères géantes de l’économie mondiale
Economie Éolien marin : le boom de l’offshore britannique
Economie La recette de deux Nobel d’économie pour un monde plus juste

Dans le magazine
BOOKS n°113

DOSSIER

L’optimisme est-il un vilain défaut ?

Chemin de traverse

18 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

Fantasy

par Olivier Postel-Vinay

Courrier

Mille mercis

par Books

Voir le sommaire