Les éditeurs indépendants ont-ils un avenir ?

Toute simple, la prédiction en matière culturelle : comme les vents porteurs de nouvelles tendances soufflent d’ouest en est, à l’inverse des alizés nord, il suffit d’observer ce qui se passe aux États-Unis. Prenez l’édition : depuis plusieurs décennies, là-bas, le secteur est victime d’une « conglomération » qui a coagulé des myriades de petites maisons en immenses groupes dont elles sont, au mieux, devenues des « imprints ». « La glamoureuse édition new-yorkaise des années 1950 avec ses déjeuners à trois martinis et son sexisme rampant » a disparu, déplore Adam Fleming Petty sur le site The Bulwark ; « les excentriques à moustaches » ont été remplacés par les cadres sup « en costard-cravate » des Big 5 (HarperCollins, Simon & Schuster, Macmillan, Hachette et Penguin Random House), qui deviendront les Big 4 si Vivendi croque Simon & Schuster. 

L’universitaire Dan Sinykin fait remonter le processus aux années 1950, quand le « G.I. Bill » a ouvert aux soldats démobilisés l’accès à l’instruction supérieure – et à la lecture. Ensuite : essor des éditions bon marché (les « paperbacks »), explosion du nombre de romans publiés (d’une dizaine de milliers à plusieurs centaines de milliers par an), substitution de la littérature « de genre » à la littérature générale, focalisation sur les gros tirages, abandon du « mandat culturel » au profit… du profit. Ensuite l’Amérique a vécu l’avènement de l’ebook et de l’audiobook, et le quasi-accaparement de la distribution de livres par Amazon, qui s’y retrouve désormais en situation de monopsone (l’inverse du monopole : non pas un seul vendeur mais un seul acheteur). Si les craintes que l’ebook n’inflige aux éditeurs le même sort que le MP3 à l’industrie musicale s’avèrent (à ce jour) infondées, les menaces financières sur l’édition traditionnelle sont toujours aussi vives. Alors qu’il est « difficile de gagner de l’argent en vendant moins de 10 000 exemplaires », dit Sinykin, « sur les 45 571 livres publiés aux États-Unis en 2022, 90 % ont fait moins de 5 000 exemplaires ». Or les éditeurs sont des capitalistes – à l’instar de leur grand ancêtre, Gutenberg – et même des « venture capitalists », des parieurs. Mais des parieurs prudents qui préfèrent miser sur les usines à bestsellers, comme Danielle Steel, la stakhanoviste aux 200 livres de « romance » qui dit travailler 20 heures par jour (dont une partie à s’autopromouvoir sur les réseaux). Les livres sont désormais « manufacturés plutôt que composés ». L’auteur, qui s’est transformé en marque commerciale, a vu sa fonction redistribuée sur tout un écosystème éditorial. D’ailleurs, ajoute Sinykin, « la surestimation du rôle de l’auteur n’était en fait qu’un bref accident de l’histoire récente ». Brrrr… 

LE LIVRE
LE LIVRE

Big Fiction: How Conglomeration Changed the Publishing Industry and American Literature de Dan Sinykin, Columbia University Press, 2023

SUR LE MÊME THÈME

Economie Croissance et cécité énergétique
Economie L’Everest, mortelle industrie
Economie L’horreur de la dette

Dans le magazine
BOOKS n°123

DOSSIER

Faut-il restituer l'art africain ?

Chemin de traverse

13 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

Une idée iconoclaste

par Olivier Postel-Vinay

Bestsellers

L’homme qui faisait chanter les cellules

par Ekaterina Dvinina

Voir le sommaire