L’étrange cas du Dr Saoud et de Mr Djihad
par David Goldfischer

L’étrange cas du Dr Saoud et de Mr Djihad

Rien de tel, pour comprendre les incohérences du comportement de l’Arabie saoudite sur la scène internationale, que de relire le roman de Stevenson sur un cas de double personnalité. Comme le Dr Jekyll, l’aimable Dr Saoud cède à ses pires pulsions criminelles sous l’emprise de sa part sombre. L’abominable Mr Djihad est aujourd’hui en passe de s’emparer totalement de lui, le menant – et nous tous avec – à sa perte. Que faire ?

Publié dans le magazine Books, mai 2016. Par David Goldfischer

©Ludovic/REA

Quand ils reçoivent les dirigeants occidentaux, les Saoudiens sont des hôtes merveilleux : sophistiqués, chaleureux, engageants... et bien sûr très généreux.

Au moment où les États-Unis se préparaient à la guerre, en réponse aux attentats du 11-Septembre, le regretté spécialiste Fouad Ajami avait énoncé cet avertissement visionnaire : « Nous allons voir de nombreux caméléons doués pour se poser en amis de l’Amérique, mais du genre à n’être jamais là quand on a besoin d’eux. » L’absence de Riyad dans la guerre contre l’État islamique semble la dernière manifestation en date de cet agaçant défaut. Mais décrire la famille royale saoudienne comme un ramassis de caméléons ne suffit pas à expliquer pourquoi son comportement est si difficile à saisir. Le célèbre roman de Robert Louis Stevenson sur un dédoublement de personnalité, L’Étrange Cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde, nous offre une métaphore plus pertinente. Dans l’œuvre de Stevenson, le Dr Jekyll est écartelé entre son tempérament bienveillant et l’envie irrésistible de faire le mal, problème qu’il tente de résoudre grâce à une drogue capable de le transformer à volonté en cet être sanguinaire qu’est Mr Hyde – puis de lui faire recouvrer sa personnalité. Malheureusement, la drogue nécessaire à la mue vient à manquer, et Mr Hyde finit par s’emparer complètement du Dr Jekyll. Les enquêteurs finissent par découvrir un corps arborant les traits hideux de Hyde mais les vêtements de Jekyll, qui s’est apparemment suicidé. Jusqu’où cette métaphore peut-elle nous aider à comprendre la « maison des Saoud » ? Appelons cette version du roman de Stevenson adaptée aux relations internationales « L’étrange cas du Dr Saoud et de Mr Djihad ». Notre protagoniste, le Dr Saoud, règne sur un territoire plus gorgé…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire

NOUVEAU ! Découvrez le Books du jour !
Chaque matin, un nouveau livre chroniqué dans votre boîte email.