Mille ans de servitude

Dans la société extrêmement hiérarchisée qu’est l’Inde, les dalits sont relégués au bas de l’échelle. Traditionnellement chargés des besognes les plus ingrates, détestés et méprisés par les castes supérieures, ceux qu’on appelait les « intouchables » commencent à relever la tête.


© Franck Ferville / Agence VU

Les dalits subissent des discriminations à l’embauche et à l’accès au logement, même en milieu urbain (ici en 2003 à Bhavnagar, dans le Gujerat).

Beaucoup de logements indiens sont encore dotés de simples latrines, qui consistent en un grand trou dans le sol. Les ­excréments sont ramassés la nuit par des « vidangeurs manuels » qui, écrit Sujatha Gidla, « évacuent la merde humaine » avec « pour seuls outils un petit balai et un seau en fer-blanc ». La plupart sont des femmes (1). Autrefois, elles « remplissaient d’excréments leurs paniers en feuilles de palmier et les transportaient sur la tête sur une dizaine de kilomètres jusqu’à un endroit en périphérie de la ville où elles étaient autorisées à les ­déverser ». Les paniers ont aujourd’hui cédé la place un peu partout à des seaux et des charrettes. Mais le nettoyage des toilettes, des fosses septiques, des cani­veaux et des égouts revient toujours aux dalits, qu’on appelait autrefois les ­intouchables. Un Indien sur six est dalit, mais, pendant des années, je n’ai ni vu ni imaginé la vie qu’ils pouvaient avoir, même si chaque semaine ou presque des entrefilets dans les journaux faisaient état des meurtres, des viols ou des tortures dont ils étaient victimes. Si l’un de mes ­camarades de classe, dans les é...
LE LIVRE
LE LIVRE

Ants Among Elephants: An Untouchable Family and the Making of Modern India de Sujatha Gidla, Farrar, Straus & Giroux, 2017

SUR LE MÊME THÈME

Société Pourquoi les universités américaines sont les meilleures
Société Comment 2020 est devenue l’année de la guillotine
Société Le Covid-19 touche aussi bien les riches que les pauvres

Aussi dans
ce numéro de Books