Rodolphe Töpffer, le père de la BD
Temps de lecture 1 min

Rodolphe Töpffer, le père de la BD

Écrit par La rédaction de Books publié le 28 janvier 2016

Hermann a reçu le Grand Prix du 43e Festival d’Angoulême, qui s’est ouvert aujourd’hui. Comme tous ses confrères, le dessinateur belge utilise des techniques inventées il y a deux siècles par… un professeur de lettres. Ce père de la bande dessinée n’était ni Belge, ni Américain, ni Japonais, mais Genevois. Son nom ? Rodolphe Töpffer. Il a été le premier à mettre un récit en images et surtout à utiliser un rythme, un découpage et une rapidité de trait propres à créer le mouvement, explique le spécialiste du 9e art David Kunzle dans Father of the Comic Strip, Rodolphe Töpffer. Ses manuscrits illustrés représentent ainsi la première codification du langage visuel de la bande dessinée. On y trouve, d’une vignette à l’autre, l’échelle fixe pour chaque personnage. Ce qui permet à l’œil de capter seulement les changements de posture des silhouettes et crée une illusion de mouvement.

Bien que doué pour le dessin et fils d’un peintre paysagiste et caricaturiste, Töpffer ne songeait pas à vivre de cette activité. Devenu enseignant, à partir de 1827, il commence à croquer, à ses heures perdues, des satires tout en images sur la société, le gouvernement et l’éducation. Ces manuscrits illustrés sont diffusés auprès d’un petit cercle, jusqu’au jour où ils tombent sous les yeux de Goethe. Le poète est tellement emballé par les histoires burlesques de Töpffer qu’il sort grâce à elles d’un épisode dépressif. Il se fera dès lors le relais du talent du dessinateur. Craignant pour sa situation, celui-ci tient cependant à rester anonyme et ce qu’il appelle « ses histoires en estampes » circulent d’abord en toute discrétion. Mais Töppfer va bientôt innover aussi en matière de diffusion des livres d’images, souligne Kunzle. Face à la popularité croissante de ses histoires, il cherche un procédé d’impression bon marché, emprunte une méthode lithographique jusqu’alors réservée à la réclame et peut distribuer ses œuvres en librairies. Il devient le premier « nabab » de la BD.

En savoir plus : Aux origines de la BD, un Genevois nommé Töpffer, Books, Hors-Série.

 

 

0
Commentaire

écrire un commentaire